Guelma - Revue de Presse


GUELMA

Le braconnage fait rage Certains citoyens, ayant récupéré leurs fusils de chasse, se sont mis illico au braconnage, sachant pourtant que la chasse est interdite depuis le début du terrorisme. A Guelma, dans six communes, nous dit-on, ils font des ravages dans la faune, perdreaux, lièvres, et autres gibiers. Ils mettent surtout à rude épreuve beaucoup de citoyens ayant souffert du terrorisme depuis plusieurs années, créant ainsi une ambiance de panique dans les dechras isolées. Beaucoup de citoyens se sont plaints de ces agissements auprès de la gendarmerie, apprend-on de source sûre. Les éléments de ce corps se sont mis à leur chasse, et ont pu saisir certaines armes. Si, avant le Ramadhan, les braconniers n?étaient pas nombreux, durant ce mois, c?était vraiment la frénésie pour le braconnage. Il s?est même créé un véritable marché clandestin lucratif. C?est à partir de 12h que la battue commence et elle dure jusqu?à la tombée de la nuit. Puis suivra la chasse au projecteur durant la nuit. « Tu veux un perdreau à 300 DA ? » propose-t-on par-ci, par-là, comme si la chose était légale.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)