Algérie - Energie


GAZ: Deux nouveaux contrats pour Sonatrach en Italie

Tout en cherchant à consolider son rôle de fournisseur important de gaz à l’Europe (avec une part de marché de 11%) et donc assurer ses obligations contractuelles de lui assurer un approvisionnement sûr et régulier, Sonatrach s’emploie par ailleurs à s’assurer un rôle actif sur le marché européen qui s’ouvre à la concurrence et à la compétitivité.

Des accords signés récemment avec ses partenaires européens, notamment espagnols, italiens et français, lui ouvrent la possibilité de commercialiser directement son gaz sur ces marchés et de commencer à réaliser cette ambition. C’est dans ce contexte que Sonatrach vient de signer à Milan (Italie) deux nouveaux accords de vente de gaz naturel à long terme à l’Italie, à partir de 2008, pour un volume total de 3 milliards de m3 par an, indique un communiqué de l’entreprise, qui ne précise pas la durée exacte de ce contrat à long terme.

Le premier accord, conclu entre Sonatrach et la compagnie italienne de l’électricité ENEL, porte sur un volume de 1 milliard de m3/an, qui viendra s’ajouter aux 6 milliards de m3 de gaz algérien déjà livrés annuellement à cette compagnie. Le communiqué souligne par ailleurs que les deux entreprises sont également partenaires dans le projet de gazoduc Algérie-Sardaigne (GALSI) et avaient signé, en novembre dernier, un accord pour la livraison de 2 milliards de m3 de gaz algérien par an à travers ce gazoduc.

Le second accord a été signé entre Sonatrach et une de ses propres filiales pour la commercialisation directe de 2 milliards de m3 de gaz naturel sur le marché italien. Ce contrat, souligne l’entreprise, «s’inscrit dans le cadre de la stratégie de pénétration de l’aval gazier international, déjà mise en oeuvre au Royaume-Uni à travers la filiale Sonatrach Gas Marketing».

L’Italie est le principal marché d’exportation de gaz naturel de Sonatrach avec un volume de plus de 27 milliards de m3 par an. Cet approvisionnement sera renforcé, à partir de 2008, par la livraison de 6,5 milliards de m3 de quantités additionnelles à travers l’exécution de ces deux accords mais aussi grâce à des contrats déjà signés avec les compagnies Edison, Mogest, Begas et World Energy dans le cadre de la première phase de l’extension de la capacité du gazoduc algéro-italien TransTunisian Pipeline Company.

Outre l’Italie, les sociétés de commercialisation de gaz de la Sonatrach sont déjà en phase de mise en oeuvre en Espagne, alors que pour la France, un protocole d’accord de coopération algéro-française dans le domaine de l’énergie avait déjà été signé en décembre dernier. Il s’agit de deux accords signés entre Sonatrach et Gaz de France (GDF) pour une quantité globale de 2 milliards de m3 de gaz, d’un côté, et de l’autre côté, l’Agence de promotion et de rationalisation de l’utilisation de l’énergie (APRUE) et l’Agence française de maîtrise de l’énergie (ADEM). Les deux contrats portent sur une coopération accrue entre Sonatrach et GDF à travers la prise de participation par la société française de 12% dans le projet Medgaz, d’une part, et l’accès donné désormais à Sonatrach au terminal de Montoir pour un volume important de gaz et donc de livraison et de vente du gaz, d’autre part.

En Espagne, Sonatrach avait annoncé qu’elle projetait la constitution d’une société (Sonatrach Gas Comercializadora), qui distribuera directement en Espagne sa part de gaz (2,9 milliards de m3) qui sera acheminé à travers le gazoduc sous-marin Medgaz.

A propos de ce projet stratégique, le conseil d’administration de Medgaz avait signé à la mi-décembre à Madrid la décision ferme d’investissement pour la réalisation du projet transcontinental de gazoduc Medgaz devant relier Béni-Saf à Almeria, en Espagne. La nouvelle structure d’actionnariat de la société Medgaz, déterminée à partir d’accords relatifs à l’approvisionnement en gaz naturel conclus entre Sonatrach et ses différents partenaires, consacre Sonatrach comme actionnaire majoritaire avec 36%, suivie de Cepsa et Iberdrola (20% chacune), Endesa et Gaz de France (12% chacune).

Sur une capacité initiale de transport de 8 milliards de m3, Sonatrach disposera d’un volume de 2,88 milliards de m3, Cepsa et Iberdrola (1,6 milliard de m3 chacune), et Endesa et GDF (0,96 milliard de m3 chacune). D’un coût total estimé de 900 millions d’euros, l’ouvrage doit être achevé en 2009.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)