Mila

Vieille ville de Mila



Vieille ville de Mila
La ville de Mila avait connu au début la stabilité humaine qui remonte à la préhistoire, la période néolithique, la civilisation ibéro-marocaine, comme on l'appelait à l'époque numide, le royaume des céréales et des produits laitiers.
Les Romains ont occupé la ville en 112 avant JC. Ils étaient intéressés par la planification et la construction de la ville, comme la construction de marchés, de temples, de bains et de sources, et ils y ont apporté de l'eau des zones environnantes, et ils ont établi des maisons, des palais, des tours et des clôtures, et ont construit le réseau routier à l'intérieur et à l'extérieur de la ville et l'ont relié aux villes voisines: Cirta, Koykole, Setifis, était l'une des quatre colonies de Syrte. L'historien et voyageur romain Polipius a déclaré: «Milaf était d'abord une forteresse de guerre pour défendre Cirta, puis s'est agrandie jusqu'à ce qu'elle devienne à l'ère des tragédies de type Cirta.»
Mila à l'époque vandale:
Après le déclin et les défections de l'Empire romain, en 445 après JC, les Vandales ont rampé sur les pays du Maghreb et de la région orientale pendant près d'un siècle aux mains du commandant vandale Belizar, qui en a fait un centre de contrôle pour le reste des provinces.
Mila à l'époque byzantine:
Les Byzantins se sont emparés de la ville en 539-540 et ont reconstruit ses murs, qui ont été détruits par les vandales, en se immunisant contre les attaques tribales.Le chef Salomon a érigé un mur autour de la ville. Ces révolutions ont été incapables de supprimer l'occupation byzantine jusqu'à la conquête islamique.
Mila à l'ère islamique:
L'entrée de la ville de Mila dans le giron de l'arabisme et de l'islam a été réalisée par le grand compagnon commandant Abu al-Muhajir 55/62 AH 685/671 AD, qui a assumé l'état du Maroc et la direction de l'armée en 59 AH / 679 AD et a transformé sa résidence en elle et est devenue la capitale de l'état du Maroc pendant deux ans, donc Mila est devenue un centre Pour répandre la religion islamique, en construisant une maison de l'émirat et une mosquée pour les musulmans connue sous le nom de mosquée de Sidi Ghanem, qui est la première mosquée construite en Algérie, car Mila avait un rôle non moins important à l'époque des dirigeants, car c'était un quartier général administratif militaire avec son importance attachée à Kairouan directement et à la fin de l'époque et pendant le règne. Les Aghlabides sont devenus Mila dans l'orbite de Tabnah, la capitale du Zab, dans la nouvelle organisation administrative apportée par l'administration abbasside en Afrique.

Mila pendant la période ottomane:
Après que l'Algérie a annoncé sa subordination au califat ottoman en 1516, elle a connu des changements administratifs, où Mila était affiliée au Bayelk de l'Est et soumise à l'autorité du jour de Constantin. Les sources affirment qu'elle jouait un rôle économique important dans le magasin du jour. Et le renouvellement des voies navigables et des barrages, et sa construction se distingue à cette époque en combinant le caractère arabo-islamique avec le caractère turc.
Mila pendant l'occupation française:
Mila est tombée aux mains du colonialisme français en 1837 jusqu'en 1962, date à laquelle de nombreux monuments témoignent encore de la laideur de cet auteur, provenant de centres de torture, de prisons et autres.
L'origine du nom: Quant à l'origine du nom, les opinions et les interprétations différaient à ce sujet, mais certains chercheurs ont convenu que son origine est amazigh.
- MILEV: C'est un mot punique qui se compose de deux parties: MIL Une fontaine ou eau, (EV) et ce mot signifie mille abreuvoirs ou terres irriguées.
MILO signifie ombre en langue amazighe.
- MEDIUS: désigne la région centrale, et est dérivé de sa situation géographique, dans laquelle les villes anciennes les plus importantes sont médiatisées (Cirta, Rosicada, Agigeli, Stevis).
- MILAH: Ce nom lui a été donné par les conquérants arabes, et c'est une déformation du nom romain, MILEV, ou de sa localisation, afin de faciliter sa prononciation.

La porte du pays est au nord, qui est l'entrée principale de la ville, et à l'ouest se trouve la porte de la mosquée.
Mosquée de Sidi Ghanem: La mosquée est située du côté est de l'ancienne ville de Mila, et cet endroit est aujourd'hui connu sous le nom de caserne. Il a établi la mosquée de Sidi Ghanem, le chef Abu al-Muhajir, le dinar égypto-égyptien, pendant son séjour dans la ville de Mila (59 AH, 679 après JC).

- L'œil romain est l'œil du pays: sa construction remonte au premier siècle après JC, et Al-Bakri l'a mentionné dans sa description de la ville comme Ain Abi Al-Sibaa et elle provient d'une montagne appelée "Marshu".
Trois mausolées de Sayyida: Le mausolée est situé sur le côté sud de la ville, en face du Bab Al-Hadid. Le mausolée comprend trois sarcophages pour chacun des: Saeed bin Ahmed bin Rajam, le gardien droit Muhammad bin Abi al-Adl. Quant au troisième cercueil, la tête et les pieds des témoins sont dépourvus de toute écriture.
- Statue de Mallu: une grande statue de marbre blanc dans un bloc.Les avis divergeaient sur l'identité de la statue, et il y avait de nombreux dictons et théories, mais la croyance dominante est que la statue appartient à des divinités païennes locales.
Secteur préservé pour les anciens revenus:
Le secteur préservé du Vieux Mila a été créé par le décret exécutif n ° 09-404 du 12 novembre 2009.
Les limites du secteur préservé:
La superficie de la zone préservée de l'ancienne ville de Mila est estimée à 38 hectares, 165 acres et 675 kilomètres carrés.
- Le Nord: Wadi Boukhrab, le couloir reliant Ain Kachkin à Sidi Sghir et la clôture de l'école Hassine
- Le Sud: les frontières des terres des héritiers de Kaheh, Bin Zarmat et Bin Deeb pour Qaryoui
- Est: Wadi Boukhrab, le couloir entre l'ancienne Mayla et Khalafi Mashta
- L'Occident: Wadi Al-Sayah et le couloir reliant Sidi Bouyahia, Mila Al-Atika et quartier Sidi Ali Al-Awad
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)