Tlemcen - A la une

Les têtes tombent à Tlemcen

Les têtes tombent à Tlemcen
Un drame qui a endeuillé la famille universitaire
Le directeur des oeuvres universitaires de la wilaya de Tlemcen, le directeur de la résidence Bakhti-Abdelmadjid, ainsi que le responsable de la restauration ont été présentés devant le juge.
Trois responsables devant le juge. Ils sont accusés de négligences graves dans l'accomplissement de leur service. Il s'agit du directeur des oeuvres universitaires de la wilaya de Tlemcen, du directeur ainsi que du responsable de la restauration de la résidence universitaire Bakhti-Abdelmadjid. Le rapport préliminaire, détaillant les circonstances qui ont précédé l'horrible explosion, étant achevé, les trois mis en cause ont donc été présentés hier devant le juge d'instruction près le tribunal El Kifan de la wilaya de Tlemcen.
Cette première décision consolera, un tant soit peu l'opinion publique et particulièrement la famille universitaire endeuillée. Cette dernière, qui n'est pas près de décolérer, s'apprête à mener, dans les prochains jours, des actions de protestation d'envergure, la finalité recherchée est la valorisation de l'étudiant et l'amélioration des conditions d'hébergement et de restauration dans les campus.
Toutes les organisations estudiantines, bien qu'elles divergent sur les moyens d'action, convergent tout de même vers une seule finalité, faire valoir les revendications estudiantines d'autant plus que le mal, qui est fait, est grave et intolérable puisqu'il y a eu mort de personnes et ce, des suites de négligence. Les stigmates de l'horrible explosion de vendredi dernier, sont toujours présents dans les esprits des étudiants et des habitants de Tlemcen.
Comme première action menée, plusieurs centaines d'étudiants, tout en allumant des centaines de bougies en hommage à leurs camarades emportés par l'explosion, ont, dans le sillage de leur action, battu le pavé lundi dernier et revendiqué la sanction pour les coupables à leur tête, les responsables directs des oeuvres universitaires ainsi que le directeur de la cité Bakhti-Abdelmadjid. Dans leur démarche, les étudiants ont été soutenus par les professeurs et enseignants de l'université de Tlemcen.
«On ne peut pas taire ni étouffer, encore moins pardonner une telle tragédie car il y a eu négligence aussi grave que criminelle dans la gestion de la cité qui a abouti à la mort de personnes», a indiqué un membre d'une organisation estudiantine. La revendication estudiantine a, du coup, changé de cours après qu'elle ait été axée sur la qualité des repas servis et les conditions déplorables des transports. Cette fois-ci, le ton est donné au «jugement» des responsables supposés avoir failli dans la gestion des affaires de la cité universitaire. Le procès en question constituera une première dans les annales de l'Université algérienne; des cadres des oeuvres universitaires seront jugés pour leur incompétence. «Initialement, un tel drame ne pouvait jamais avoir lieu vu que la cité qui a explosé, a été construite durant les années 1970, et dédiée exclusivement aux étudiants brillants», a déploré un professeur de droit à l'université de Tlemcen.
Moins d'une semaine après le drame de Tlemcen, le ministre par intérim de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Djamel Ould Abbès, a annoncé que «les trois étudiants se trouvant dans un état critique seront transférés dans des meilleures conditions vers l'étranger». Les trois étudiants sont, à l'heure qu'il est, dans un coma profond. «Leur transfert exige un transport exceptionnel», a indiqué Djamel Ould Abbès ajoutant que «l'Etat a pris toutes les dispositions nécessaires en vue de prendre en charge les familles des victimes de la catastrophe».
Neuf étudiants blessés, toujours au CHU Tidjani-Damerdji
Neuf étudiants blessés dans l'explosion de gaz survenue le 25 mai dernier à la cité universitaire Bakhti-Abdelmajid, sont toujours hospitalisés au niveau du Centre hospitalo-universitaire (CHU) Tidjani- Damerdji de Tlemcen, a indiqué, hier, la directrice générale de cet établissement. Cinq blessés sont hospitalisés au service de chirurgie et un autre au service traumatologie, a précisé la même responsable. Les trois autres blessés graves qui se trouvent encore au service de réanimation «souffrent de blessures lourdes au niveau des poumons et de la colonne vertébrale et ne pourront pas être, pour le moment, transférés ailleurs selon les médecins traitants», a-t-elle ajouté. L'explosion de gaz survenue vendredi dernier en début de soirée à la résidence Bakhti-Abdelmajid de Tlemcen a fait huit morts et 37 blessés parmi lesquels plusieurs ont regagné leur domicile.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)