Tlemcen - Démographie

Deux circuits de l'économie urbaine : Tlemcen, Saïda (Algérie)


Deux circuits de l'économie urbaine : Tlemcen, Saïda (Algérie)
Tlemcen, vieille ville commerçante et artisanale, a été une capitale politique
autonome. La colonisation a moins bouleversé sa structure sociale qu'elle ne l'a fait
dans la plupart des autres villes algériennes, la bourgeoisie locale de vieille tradition
ayant participé activement à l'évolution urbaine de cette période. La proportion
d'européens est toujours restée relativement plus faible que dans les autres villes
algériennes de même taille.
Saïda, située nettement plus au sud de l'Oranie, à la limite des Hauts Plateaux,
ne s'est constituée qu'en 1844, autour d'un poste militaire. Restée longtemps une
ville très européenne, elle est promue chef-lieu de préfecture en 1957. Située dans
un environnement physique aride, sa croissance démographique est maintenant plus
rapide que celle de Tlemcen. Cependant, sa population reste deux fois moins
importante en 1973.
. Nous avions fondé la méthode d'enquête de ces deux villes et la description
des résultats à partir de la théorie des circuits, base des analyses de Milton Santos
(l)t la théorie des deux circuits est un modèle de fonctionnement de l'économie
urbaine dans un espace dépendant. Elle s'efforce d'expliquer le comportement
économique des différents agents dans les processus de production, de transformation
et d'échange des biens.
Circuits socio-économiques et non pas circuits de biens ou de services, ils sont
l'expression de deux sous-systèmes intégrés dans le même espace urbain. Le premier
sous-système, le circuit supérieur, qui peut recouvrir des situations différentes selon
la localisation, s'oppose au circuit inférieur constitué de formes de production, de
distribution et de consommation vieillies, ou obsolètes, ou différentes, fontionnant
sur un mode propre, mais non autonome.


Télécharger le fichier