Tizi-Ouzou - ACTUALITES

Les écoles primaires de Frikat surchargées

Pour le P/APC, Mohamed Moussaoui, si l'inscription d'une école primaire au chef-lieu communal est acquise, rien n'est encore annoncé pour son lancement.Les directeurs des écoles primaires du chef-lieu de la commune de Frikat (daïra de Draâ El-Mizan, wilaya de Tizi Ouzou) doivent faire de la gymnastique pour établir leurs cartes pédagogiques à cause de la surcharge des classes, d'autant plus qu'ils doivent encore faire preuve d'imagination pour adapter la répartition par groupes imposée par la Covid-19. En effet, les écoles des Frères-Benakli et Essaïd-Titouche, les deux seuls établissements que compte le chef-lieu communal, dépassent chacun les 450 élèves. "C'est vraiment très pénible d'adopter le protocole sanitaire dans ces écoles à cause de la surcharge des classes", avoue un parent d'élève.
À noter que depuis le relogement de nombreuses familles dans des logements sociaux et des logements RHP, le nombre d'élèves augmente dans les classes au point où il a fallu ouvrir une annexe pour l'école primaire Essaïd-Titouche. "Après de nombreuses démarches auprès des autorités locales, l'école Djemaâ-Kalâa, à la périphérie du chef-lieu, fermée depuis des années à cause du manque d'élèves, a été rénovée. Ainsi, elle a été rouverte pour résorber un tant soit peu le manque de places à l'école Essaïd-Titouche. Aussi, nous avons réussi à ouvrir deux classes pour les élèves du préparatoire qui viennent de Bou Ighzer, d'Illahlouthen et des hameaux environnants", a confié Ali Zaïdi, président de l'association des parents d'élèves de l'école Essaïd-Titouche. "Au total, ce sont soixante-douze élèves du préparatoire qui sont pris en charge.
C'est aussi une bouffée d'oxygène pour l'école primaire Essaïd-Titouche dont le nombre d'élèves a atteint près de 500 élèves", a ajouté notre interlocuteur, tout en soulignant l'urgence de réaliser une école primaire du côté de l'exdomaine agricole Amirouche et une autre à Bou Ighzer. Pour le P/APC, Mohamed Moussaoui, si l'inscription d'une école primaire au chef-lieu communal est acquise, rien n'est encore annoncé pour son lancement. "Nous avons déjà procédé au choix du terrain. L'inscription est actée mais nous ne voyons rien de concret. Nous attendons toujours. Et puis, il faut que les responsables du secteur sachent que, d'ici deux ans, si ce projet n'est pas réalisé, les enfants à scolariser n'auront pas de place à cause du flux de nouveaux résidents au chef-lieu, surtout que les logements sociaux seront attribués d'ici là", a-t-il indiqué.
À signaler que de nombreux élèves des villages de la périphérie, à l'exemple de ceux d'Ath Sidi Maâmar, se déplacent à pied sur une distance de plus de six kilomètres en aller-retour jusqu'au chef-lieu communal pour rejoindre leurs établissements. Par ailleurs, des parents d'élèves de Frikat ont soulevé une autre urgence, à savoir la réalisation d'un troisième collège d'enseignement moyen dans cette commune afin de parer aussi à un problème de surcharge des classes. À rappeler que la mise en service du lycée baptisé au nom du colonel Amar-Ouamrane, en septembre 2018, a réellement soulagé aussi bien les lycéens que leurs parents, notamment ceux des villages d'Ath Boumaâza, d'Ath Ali et d'Ath H'niche qui peinaient, avant, pour arriver aux lycées de Draâ El-Mizan.

O. Ghilès
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)