Ouargla - BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS

Nouvelle bibliothèque principale de Ouargla: Un joyau architectural



Nouvelle bibliothèque principale de Ouargla: Un joyau architectural




Le patrimoine architectural de la ville de Ouargla vient de s’enrichir d’une merveilleuse structure culturelle, la bibliothèque principale pour la lecture publique, qui porte le nom du moudjahid Mohamed Tidjani. Elle est située sur l’artère principale, à l’entrée de la capitale du Sud algérien, Ouargla, longeant le tracé du tramway.

Cet édifice, appartenant à la direction de la culture de la wilaya de Ouargla et réalisé avec panache, est l’image même du parfait respect du style architectural local et de la notion d’espace urbain agrémenté d’une intelligente touche de modernité caractérisée par une partie de la façade réalisée en stop-sol.

Il est indéniable que cette œuvre de grande qualité a apporté un plus et dénote, si besoin est, de l’ancrage dans la modernité de la ville de Ouargla, qui tient absolument à se débarrasser de ses clichés de ville figée dans ses traditions et coutumes. C’est la symbiose d’un impeccable mariage entre tradition et modernité.

Par ailleurs, certaines sources, généralement bien informées, avancent que cette structure, perçue par tous comme un lieu de référence identitaire, d’espace de sociabilité, de rencontres et de créativité, mais non encore officiellement inaugurée, le sera prochainement, c’est du moins le souhait de ceux qu’on avait approchés, par Abdelaziz Bouteflika, le président de la République, juste après son investiture pour son cinquième mandat, dont, ici, personne ne doute.

Ambition

Ce qui frappe en premier lorsqu’on aperçoit déjà cette belle et admirable façade de style arabo-mauresque, agrémentée d’une touche d’andalou, portée par des colonnes ceintes de marbre noble, puisqu’on y entre en franchissant l’imposante porte en bois massif, sculptée à l’ancienne, avec des motifs en relief, c’est l’ampleur de ce monument architectural: plus de 1.100 m2, sans les dépendances réparties en R 2. Alors qu’à gauche de l’entrée, un espace ludique pour enfants avec fonds documentaire, complètement équipé, s’offre aux bambins, à droite, au fond de l’imposant hall d’accueil, avec plus de 6 mètres de hauteur sous plafond, une grande salle de conférences, d’une contenance de 200 places et dotée de tous les équipements techniques de dernière génération, notamment l’acoustique, l’éclairage et la sonorisation, et qui fait office d’auditorium pour la circonstance, fait face aux visiteurs. Aux étages supérieurs, deux salles de lecture pour adultes et une médiathèque avec 10 PC disponibles, et qui peut accueillir aisément 20 PC, sont ouvertes au public au 1er étage.

Une femme de poigne

Là où justement la directrice des lieux, Cherifa Kennoudi, archéologue de formation, diplômée de l’université de Kharouba (Alger) en 1992, ambitionne d’ouvrir un café littéraire pour les rencontres des artistes, des élites et des universitaires, un labo de langues et une vidéothèque, qui aura pour objectif de réunir et de mettre à disposition des lecteurs des livres sous CD. Seulement pour parvenir à exaucer le vœu de Mme Chérifa Kennoudi, l’intendance doit suivre, en l’occurrence les équipements, l’encadrement et le budget de fonctionnement. Ce qui n’est pas acquis d’avance au regard des restrictions budgétaires tous azimuts induits par la chute vertigineuse des recettes pétrolières.

Au second étage, les férus de culture trouveront à leur disposition une salle de lecture, un atelier de calligraphie et une bibliothèque contenant déjà 15.735 ouvrages, avec 520 titres disponibles dans plusieurs langues dont, en sus de l’arabe, l’anglais, le français, l’espagnol et l’allemand.

En quelques jours, après son ouverture, plus de 150 inscriptions comme adhérents ont été recensées, et ce chiffre ira certainement crescendo au fil des jours.

«Sur instruction de Azzedine Mihoubi, ministre de la Culture, lors de sa dernière visite à Ouargla, pendant laquelle il avait procédé à l’ouverture et à la baptisation de cette infrastructure culturelle du nom du moudjahid Mohamed Tidjani, toutes les inscriptions pour les élèves des trois paliers (primaire, moyen et secondaire) sont gratuits», révèle Mokhtar Guermida, directeur de la culture de la wilaya de Ouargla.

Et d’ajouter: «En vertu d’une convention signée avec la direction de l’action sociale de la wilaya de Ouargla et en sus de l’ouverture d’un espace permanent pour les personnes à mobilité réduite (handicapés), notre direction procédera très prochainement à la dotation de cette direction d’un important quota de livres, ainsi que de l’aménagement et de mise à sa disposition d’un grand et large espace au niveau du grand hall d’entrée.»

Pour Mme Chérifa Kennoudi, la directrice installée depuis le 1er juin 2015, par décision ministérielle, à la tête de cet établissement culturel «mon ambition est de répondre efficacement à toutes les attentes de nos élèves, nos étudiants et nos artistes et hommes de lettres, en mettant à leur disposition tous les moyens et tous les équipements, ainsi que le personnel compétent et adéquat», en poursuivant: «Ce magnifique bijou infra-structurel devrait pouvoir répondre à toutes les attentes et rayonner culturellement sur la région et au-delà. Ce sont là tous mes vœux.»

Pour vraiment en faire un phare culturel, il faudrait aussi penser à renforcer les capacités humaines de cette bibliothèque qui, pour l’instant ne tourne qu’avec trois cadres permanents en CDI (dont la directrice), quatre dans le cadre du dispositif DAIP et 5 du DAIS. Ce qui est vraiment infime par rapport à la taille de la structure et des innombrables activités culturelles qu’elle génère.

Espérons que cette merveilleuse structure, que d’autres jeunes, dans d’autres régions du pays beaucoup moins loties, n’ayant pas, du moins pas encore, la chance d’en posséder une de cette importance, soit préservée de toute dégradation de la main de l’homme et gardera son lustre aussi longtemps que possible.


Photo: La nouvelle bibliothèque publique

K. Djamel

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)