Oran - Revue de Presse

Le dossier des boulangers prochainement en conseil du gouvernement: Le prix du pain n'augmentera pas

Une centaine de boulangers, parmi les 900 que compte la wilaya d'Oran, ont assisté, hier après-midi, à une assemblée générale initiée par la section d'Oran de l'UGCAA. A l'ordre du jour de cette rencontre, tel que défini par un membre du secrétariat national de l'Union, un seul volet devait être débattu et concernait les problèmes spécifiques auxquels sont confrontés les boulangers d'Oran. Toutes les interventions ont convergé vers la nécessité de sauver cette corporation sujette à une asphyxie totale et qui est, souvent, à l'origine du versement de plusieurs boulangers dans l'activité informelle, après avoir décidé de se faire radier du registre de commerce. M. Mouad, du bureau d'Oran de l'UGCAA a fait une rétrospective de l'union, fondée en pleine guerre de Libération nationale. Quant à M. Benkrama, secrétaire national chargé de l'organisation et de l'administration, il a repris toutes les actions menées par la corporation des boulangers pour exprimer leur esprit de solidarité avec les populations. Lors du débat, il était surtout question du fisc, de la multitude d'organismes de contrôle, de la cherté des entrants et des relations commerciales avec les fournisseurs. En matière de fisc, un intervenant a remis en cause le fait que les boulangers soient tenus de payer 12% de leurs chiffres d'affaires, alors que d'autres ne sont redevables qu'à hauteur de 6%. Il s'est interrogé sur le fait qu'un boulanger n'est pas considéré au même titre que les autres artisans. Un autre dira qu'au moment du dépôt du bilan annuel, il leur est exigé de l'accompagner par des factures. Or, a tenu à l'expliquer un boulanger, les fournisseurs refusent l'établissement de factures. Concernant les prix des différentes charges, il a été avancé qu'elles ont été multipliées par 5, voire 6, alors que le prix de vente de la baguette de pain est restée inchangé depuis 1996 avec 7,50 et 8,50 DA pour respectivement le pain normal et l'amélioré. Sur cette question, M. Benkrama a répondu que le groupe de travail composé de représentants de la corporation et ceux du ministère du Commerce sont sur le point de finaliser un document prévoyant, notamment, la réduction des prix des ingrédients. Ce document sera examiné, prochainement, lors du conseil du gouvernement dont le chef, Abdelaziz Belkhadem se serait engagé à se pencher sur ce dossier. L'autre initiative visant à alléger les charges subies par les boulangers est à mettre au crédit de l'UGCAA qui a conclu une convention avec une entreprise turque spécialisée dans la production de levure pour approvisionner à des prix très étudiés les membres de la corporation. Pour rappel, la question des prix a été abordée à plusieurs reprises en commençant par un document proposé par l'Union en 2004 et qui n'a pas été suivi d'effets. Quant à une éventuelle augmentation du prix du pain, M. Benkrama a été catégorique en annonçant que cela est hors de question. La question des charges a été l'objet d'une fiche technique élaborée par le comité national des boulangers et qui a servi de document de base dans ses négociations avec le ministère du Commerce et à travers lequel, il est proposé la révision des prix de vente de la baguette de pain de 250 g fixés depuis 1996, à 12 et 13 DA en rappelant que cela leur permettrait d'assurer 2 DA de marge bénéficiaire.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)