Mila - Revue de Presse



Revue de Presse Mila

Vues : 19278


Une revue de presse quotidienne par wilaya , synthèse des titres de presse généraliste ou spécialisée par sujet politique, sport, culture, économie






APPEL A SOLIDARITE DANS L’INTERÊT DES BONNES RELATIONS ENTRE L’ALGERIE ET LA FRANCE Un Algérien a créé un jeu de lettres et de stratégie avec des impacts à la culture, à l’éducation et aux loisirs à l’échelle internationale parce qu’adaptable à différentes langues écrites dans le monde. Il s’agit du jeu de lettres et de stratégie “LE PHENIX” S’activant dans le domaine des mots croisés, il y a introduit une innovation majeure en la “BATAILLE DE MOTS” qui a généré de nouvelles dispositions de l’esprit qui font intensément appel à l’imagination, à la mémoire et au jugement pour les entretenir, les éduquer et les développer. Engagé dans neuf (9) salons spécialisés internationaux en France et en Suisse, l’attention s’est focalisée sur son jeu par de nombreux commentaires de presse, des séquences télévisées, par les analyses de ludologues (spécialistes dans les jeux de société), de psychologues, d’éducateurs et l’accueil enthousiaste que lui a réservé le grand public, lui valant une médaille de bronze au Concours Lépine de Paris et une médaille d’argent au Salon international des Inventions de Genève. Conscient de l’importance de sa découverte, le créateur de ce jeu a pris soin de le protéger dans différents pays dont la France au niveau de l’Institut national de la Propriété industrielle - INPI - de Paris. Cependant, malgré cette précaution son jeu a été contrefait, 9 ans après, par un amateur de gloriole et d’imposture claironnant urbi et orbi qu’il est l’inventeur d’une formule qui a révolutionné les jeux de société en prenant à son compte toutes les nouveautés du nouveau jeu qu’il a noculées au “sien” en l’affublant du nom de TAKEMO, mais qui n’est autre, en réalité, que le clone du “PHENIX” pour se voir attribuer illégalement la médaille de l’AS d’OR au Festival international des Jeux de Cannes. Plainte est déposée contre le plagiaire près le tribunal de grande instance de Paris lequel désigne un expert pour voir clair dans l’affaire. Après audition des intéressés et examen des documents en relation, l’expert établit son rapport à l’attention du tribunal dans lequel il suggère l’application des lois enfreignant la protection de la propriété intellectuelle sur le jeu contrefait. Sur quoi, se référant aux charges suffisantes, le juge d’instruction l’inculpe officiellement de contrefaçon d’une oeuvre de l’esprit protégée en violation des lois L 112-1 et suivants, et L 335-2 du Code de la Propriété intellectuelle . C’est à ce stade de l’affaire que feu Maître Mourad OUSSEDIK chargé par l’intéressé de défendre ses intérêts à Paris, et par voie de conséquence, indirectement les intérêts moraux et économiques de l’Algérie, sans doute puisant sa certitude dans le respect des lois et des droits codifiés dans l’Etat de droit conclut que l’affaire est gagnée et qu’il n'était plus que question de jours pour se satisfaire des décisions de la justice. Cependant, lui désabusé et le créateur du “PHENIX” démoralisé au plus profond de son être, n’avaient pas compté avec la pratique discriminatoire de juges retors qui s’étaient donnés le mot dans les jugements prononcés en première instance, en appel et à la cassation pour le débouter de ses droits explicitement détaillés dans les textes, faisant l’affront à l’Etat de droit et aux droits de l’homme. Même sa requête adressée à la Cour européenne des Droits de l’Homme avec les preuves du déni de justice dont il est victime a été scandaleusement rejetée en application de l’article 35 § 4 de la Convention comme “manifestement mal fondée ou abusive”!. Il ressort que les juges qui ont trempé dans cette affaire avec le souci d’éviter au plagiaire, pris la main dans le sac, d’avoir à payer le juste prix de sa malversation au détriment du droit et lui permettre de tirer gloire et profit d’une invention qui n’est pas la sienne, ces mêmes juges ont été irrespectueux à l’égard des droits du plaignant, et plus grave à l’égard de l’Algérie en lui faisant perdre une opportunité de se faire valoir au plan culturel à l’échelle mondiale, perpétuant ainsi l’esprit colonial comme si leur verdict allait demeurer sans réaction alors que des entreprises françaises sont en quête de contrats mirobolants avec l’Algérie indépendante. C’est un hold-up qui répulse la mojorité des Français au nom desquels cette “justice” a été rendue et qui appelle à une réparation pécuniaire et morale pour éviter que l’affaire ne se transforme en point d'abcès permanent dans les saines relations politiques entre les deux pays. Dans l’intérêt de l’Algérie et de son image de marque, dans l’intérêt des bonnes relations entre l’Algérie et la France prière d’exprimer votre solidarité pour dénoncer ce qui précède : par envois au mail jeulephenix@yahoo.fr, En vous remerciant. Abdallah CHABANI Indépendamment de leurs sensibilités politiques, les opinions exprimées ici sur l’affaire n’ont de commun que la défense de la justice et des intérêts de l’Algérie. C’est dans cet esprit que l’auteur du jeu, dans l’impossibilité de joindre d’autres personnalités marquantes algériennes, s’en excuse sans pour autant douter de leur engagement moral guidant la finalité de sa démarche. Cher Abdellah, Salam Nous sommes solidaires avec vous dans cette arnaque indigne que subi un inventeur Algérien. Veuillez recevoir les marques de notre soutien indéfectible de la part de notre Association d'Astronomie et de moi même. Nous dénonçons avec la plus grande énergie cette injustice et espérons bien que justice sera rendue. Prof.J.Mimouni President Association Sirius d'Astronomie Vice President de l'Union Arabe d'Astronomie et des sciences de l'Espace (AUASS). Cher ami, respectueux Abdallah CHABANI Que dire de plus après ma préface pour ton livre : “Le Phénix, jeu de lettres et de stratégie” ? Je ne peux que réitérer devant ceux qui ne connaissent ton aventure avec ces “gens” qui n’ont de cesse qu’ils fassent mal aux hommes dont l’imagination, la mémoire et le jugement sont en constant éveil, que je dois te soutenir dans ton combat légitime pour reconquérir tes droits en dénouant ce triste contentieux ..., la contrefaçon du “PHENIX” par un clone, appelé “TAKEMO”, inventé 9 après... Tu es, en effet, l’ingénieux interprète de cette invention positive. Je ne comprends pas pourquoi tu vis, depuis les années quatre vingt dix, différentes péripéties et mésaventures qui entourent cette affaire scabreuse, et qui t’ont été infligées dans un climat emprunt de surjectivité. Je ne comprends pas pas pourquoi, également, qu’en France, dans ce payas des Droits de l’Homme - là où il y a eu cette contrefaçon - la justice qui a reconnu explicitement, au début de l’instruction, que le “TAKEMO” n’est autre qu’un plagiat du “PHENIX”, ne semblait pas tellement emballée pour défendre un “bicot”, s’appelant Abdallah. En effet, elle ne pouvait le défendre au détriment d’un Français de souche, une qualité qui lui donne le droit d’être assisté par des juges capricieux, nous allions dire captieux et retors... Le résultat ? Eh bien, une discrimination patentée doublée d’une injustice criarde lors d’un procès tellement clair, mais tronqué pour des raisons évidentes, a fait son petit bonhomme de chemin en allant débouter le plaignant, qui comprenait à cet instant précis, qu’il était “un sous-homme dans la culture raciste”. En tout cas, en cette affaire grave, le droit qui est “l’art du bien et du juste”, ne s’est pas manifesté dans les conditions et les normes que lui stipule sa définition, connue de tous les peuples qui aspirent à la paix, à la justice et à l’entente. Là, bien sûr, quand la justice plie devant la force ou, tout simplement, devant d’autres raisons...obscures - inutiles de les compter - nous sommes en droit de penser, comme le conjecturait Paul Valéry que “le droit est l’intermède des forces”. En d’autres termes, que ce droit est malléable, c'est-à-dire selon la définition bien française : influençable, complaisant et...laxiste. Ainsi, dans cette ambiance d'arbitraire, d’usurpation, ou l’injustice causée par un acte contraire à la justice - et sa représentation dans ce cas précis est couverte par des arguments captieux -, je suis pleinement solidaire avec toi, respectueux ami Abdallah Chabani.                                                                                             Je suis sûr que la justice, la vraie, reprendra ses droits, concernant cette affaire injustement jugée, car il y a des Hommes vertueux et justes qui, le jour d’un nouveau procès, clameront ton honnêteté et établiront ta paternité de ce jeu intéressant pour les littéraires et les scientifiques, dans leur appel tranchant, devant les juges. N’est-ce pas, comme disait Jean de La Bruyère : qu’”Un innocent condamné- auquel j’ajouterai innocemment - est l’affaire de tous les honnêtes gens” ? Kamel BOUCHAMA Anien minsitre, ambassadeur, écrivain Le jeu de Mr Abdallah CHABANI, le jeu de lettres et de stratégie “LE PHENIX” élève énormément le niveau culturel dans notre pays. Donc, ce jeu reconnu à l’échelle nationale et à l’échelle internationale doit être considéré comme un patrmoine culturel national algérien qu’il faut absolument sauvegarder. Nourreddine IOUALALEN Professeur de neuro-chirurgie Chef de service de l’établissement spécialisé Ali Aït IDIR à Alger Message de soutien à Monsieur Abdallah Chabani . Abdallah Chabani a inventé un jeu de societé qui fait honneur à l'Algérie . Il a eté primé à plusieurs reprises à l'étranger ( Paris en 1996, Geneve en 1997), il a reçu les éloges des plus grands spécialistes en la matière . Son jeu de lettres et de stratégie “LE PHENIX” fait partie du patrimoine culturel national et universel . Malheureusement un escroc français au nom d'Yves Lesclavec a copié son jeu en lui attribuant le nom de TAKEMO . La justice française après expertise a clairement établi les faits et donné entièrement raison à Mr Chabani, mais qui a été par la suite débouté de ses droits en première instance, en appel et à la cassation par des juges verreux . Depuis il lutte seul contre cette immense injustice .C'est le pot de fer contre le pot de terre, pour cela l' Etat algérien doit absolument intervenir pour défendre cette invention purement algérienne. Je lance un appel à tous les intellectuels et journalistes pour soutenir le combat que mène seul Mr Chabani . Docteur AMAR NECIB Maître assistant d'urologie CHU Mustapha Alger (à suivre)
Abdallah CHABANI - Alger
16/10/2014 - 215169

Commentaires

Bonjour maîitre,j'ai besoin de savoir si j'ai le droit à la nationalité française en temps qu'Algérien né en 1939 en Algérie, d'autre parts mon pére a fait parti de conseillé municipal puis caïd. Merci de me répondre pour vous fournir des justifications, j'ai été aussi salarié.Meilleurs salutations respectueuses. B. NEMDIL
Nemdil Boualem - retraité - Blida
14/10/2013 - 137914

Commentaires

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)