Jijel - Associations de la société civile

El-Milia (Jijel) - GESTION DES AFFAIRES DU CITOYEN: La société civile à la rescousse





Désormais partie prenante dans la gestion des affaires du citoyen, des représentants de la société civile ont récemment été conviés à une réunion du comité exécutif de la daïra d’El-Milia. Une première dans cette daïra, dont le premier responsable s’est donné comme défi de remettre de l’ordre dans les affaires de cette ville, végétant dans un état de décadence.

Mis au banc des accusés pour leur gestion décriée de toutes parts des affaires de l’APC, les élus locaux ont assisté, quasiment sans voix, à cette réunion, selon des échos. Ces derniers n’ont d’ailleurs fait que subir les critiques qui fusaient de toute part sur leur impuissance à faire bouger les choses au sein de cette APC.

“Elle est dépassée, cette APC ! Son échec est total”, peste-t-on.

Face à cette situation, l’administration s’est appropriée les prérogatives relevant des compétences des élus locaux, dépassés par une situation qui se complique de jour en jour.

“La situation est difficile, tout semble à l’arrêt”, lâche un élu de cette instance.

Il faut dire que même le wali de Jijel, Abdelkader Kelkel, a sommé, lors de ses déplacements à El-Milia, le chef de daïra de s’impliquer dans la recherche des solutions pour les nombreux problèmes soulevés.

Aussi, dans l’espoir de trouver des solutions aux multiples blocages, le chef de daïra s’est tourné vers la société civile, en invitant ses représentants à la réunion du comité exécutif de daïra. Si la représentativité des membres de la société civile invitée à cette réunion reste discutable, il n’en reste pas moins que le débat ouvert avec eux a permis de constater l’état d’abattement des citoyens face à la dégradation de leur ville.

“Le débat ouvert a permis à tout le monde de s’exprimer. L’initiative est bonne, mais qu’attend-on de cette réunion si les premiers concernés – les élus – ne font rien? Le citoyen est témoin de cette situation difficile qu’il vit, mais il reste impuissant à y remédier”, lance avec dépit un participant à la réunion de la daïra.

La démarche des autorités en recourant à la société civile est motivée par l’idée de “créer un conseil consultatif qui comprendrait des composantes de la société civile afin d’encadrer des initiatives locales qui visent à motiver les citoyens à participer au règlement de leurs problèmes et à l’amélioration de leurs conditions de vie”, comme il a été souligné dans un communiqué diffusé sur la page officielle de la wilaya.

Cette démarche visant une plus grande implication de la société civile dans la gestion des affaires locales accule davantage une instance communale prise à partie pour son inaction. Pendant ce temps, les projets inscrits à la réalisation dans les différents programmes de développement peinent à démarrer, et le chantier de réhabilitation du réseau d’assainissement a éventré la ville de toutes parts.

Les fuites d’eau se sont encore multipliées depuis la mise en service du projet d’AEP à partir du barrage de Boussiaba. Si ce dernier a permis, en l’espace de quelques jours après son inauguration, une nette amélioration de la dotation en eau, il a cependant fait multiplier les fuites en raison d’un réseau vétuste et défectueux. Quant au projet de rénovation du réseau d’AEP, il tarde à être lancé en raison d’obstacles bureaucratiques, selon des élus à l’APC.


Amor Zouikri
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)