El-Tarèf - AGRO-ALIMENTAIRE

EL-TARF - 5.000 ha pour la tomate industrielle

EL-TARF - 5.000 ha pour la tomate industrielle




Depuis les turbulences connues à partir de l'année 2006 par la tomate industrielle, avec un recul des surfaces cultivées pour plusieurs causes dont notamment, l'endettement des agriculteurs qui ont été obligés d'abandonner cette culture, la faillite de certaines conserveries pour mauvaise gestion, la concurrence déloyale des importateurs du triple concentré de tomate, conjuguée à une désorganisation de la filière, il aura fallu les mesures incitatives de l'Etat, introduites en 2009 pour que cette filière puisse revoir le retour de cette culture avec 1.000 ha, puis le rachat des dettes des conserveries en difficulté par la BADR sur ordre du président de la République, en 2013. Ce qui a entraîné une augmentation des surfaces à cultiver qui sont passées de 3.000 ha, en 2014, à 5.000 ha, pour la présente campagne, entamée au mois de mars et qui se poursuivra jusqu'à la mi- mai.

Cette prouesse a nécessité tout un travail de sensibilisation sur le terrain, de vulgarisation aussi, auprès des professionnels de cette culture, par le président de la Chambre de l'Agriculture, et le président de cette filière, sans oublier les services agricoles.

En ce sens, la dernière réunion du Conseil d'administration a fait état de la plantation de plus de 3.000 ha et plus de 500 contrats établis par les agriculteurs avec les conserveries dont le nombre va passer de 06 à 09, soit 3 nouvelles conserveries.

Ces mêmes conserveries ont dû se livrer à une véritable bataille de charme pour décrocher le maximum de contrats avec les agriculteurs, en fournissant des équipements du goutte à goutte.

«Fini donc le dictat qu'imposaient certaines conserveries, par le passé, aux agriculteurs qui préféraient laisser leur production sur champ ou la déverser aux abords des conserveries et des routes», dira cet agriculteur auquel une conserverie lui doit, encore, de l'argent.

Contacté, M. Saci Labadlia, président de la Chambre de l'Agriculture, nous dira: il est attendu une production record, sachant qu'il s'agit de semis de tomates hybrides, une irrigation au goutte à goutte, avec un rendement moyen de 800 q/ha.

Autre facteur ayant, aussi, permis le regain d'intérêt pour la tomate industrielle, c'est la main- d'œuvre qui auparavant, était difficile à trouver.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)