Constantine - Revue de Presse

Tentative d?adhésion à un groupe terroriste

Le prévenu écope de 6 ans de réclusion Un prévenu répondant aux initiales R.A. a comparu devant le tribunal criminel sous les chefs d?accusation de tentative d?adhésion à un groupe de terroristes et non dénonciation de crime. Selon les faits consignés dans l?arrêt de renvoi, le mis en cause dans cette affaire a été interpellé par les forces de sécurité après plusieurs jours de filature dans la ville de Constantine, le 7 mai de l?année écoulée. Il résidait en fait à Oran et subvenait aux besoins de sa famille en revendant des téléphones portables dans le quartier de M?dina J?dida. Il aurait été abordé par un certain Samir, notoirement connu par les services de sécurité pour ses activités au sein de la nébuleuse terroriste, qui se serait présenté dans un premier temps comme étant un client potentiel. Afin de ne pas éveiller ses soupçons, il aurait même acheté trois téléphones mobiles. Il lui aurait promis 3 millions de centimes pour un travail à Tébessa, dont il n?aurait pas précisé la nature. Le présumé accusé se serait rendu dans cette ville de l?Est du pays où il a rencontré le surnommé Samir, qui lui aurait expliqué qu?ils devaient se rendre à M?Sila où R.A. était supposé travailler. Cependant, en arrivant dans cette ville, son « hôte » aurait dévoilé ses cartes en l?informant de ses véritables intentions. Il lui aurait proposé d?adhérer à un groupe de terroriste en activité dans cette région du pays, en contre partie d?une forte somme d?argent ce qu?aurait refusé le prévenu avant de retourner à Oran. Il a clamé son innocence Entre-temps, les services de sécurité ont commencé à s?intéresser à son cas en notant ses fréquents déplacements vers les villes de l?Est du pays et ses nouvelles accointances. R.A. a fait l?objet d?une étroite surveillance et sera arrêté lors d?un énième déplacement à Constantine, avant d?être transféré vers Oran pour les besoins de l?enquête. A la barre, il a rejeté en bloc les griefs retenus contre lui en déclarant « tout ignorer sur cette affaire de terrorisme ». Le prévenu a clamé son innocence en jurant : « je ne savais pas que Samir était un terroriste et agent enrôleur de cette mouvance. » Appelé à la barre en qualité de témoin, le père de Samir a déclaré en substance : « pour moi, mon fils s?est établi en Syrie où il a trouvé du travail. Je ne sais rien d?autre sur lui ». Le représentant du ministère public a souligné « le lourd tribut de la violence aveugle qui a été payé par d?innocentes victimes, grâce à l?aide et au soutien de véritables réseaux activant en parallèle ». L?avocat général a conclu son réquisitoire en requérant 20 ans de réclusion criminelle, peine maximale pour ce genre de crime. La défense a plaidé non coupable pour insuffisance de preuve et a demandé l?acquittement au bénéfice du doute. Au terme des délibérations, le tribunal criminel a condamné le prévenu à 6 ans de réclusion.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)