Constantine - AGRICULTURE

Constantine - La production de céréales menacée par la sécheresse

Constantine - La production de céréales menacée par la sécheresse




Les agriculteurs de l'union nationale des paysans algériens (UNPA) de Constantine sont inquiets et parlent de situation «catastrophique», en raison des fortes chaleurs et de la sécheresse qui prévalent ces derniers temps dans la wilaya, estimant que la production des céréales chutera de plus de 40% par rapport à l'objectif visé de 1 million 600 mille qx, selon le membre du bureau de wilaya de cette organisation, Abdelkrim Lebsir.

La situation est grave, dira ce responsable, et cela, en considération que notre agriculture est de nature «pluviale».

Et d'indiquer, dans ce sillage, que durant tout le mois d'avril passée, les précipitations ont été absentes et estimées pratiquement à zéro mm, contre 60 mm en 2014 et entre 50 et 55 mm en 2013.

Et comme, par ailleurs, la pluviométrie en ce mois est considéré comme cruciale pour une bonne récolte, c'est autant dire que l'espoir de sauver la mise réside dans le lancement de l'irrigation d'appoint pour les céréaliculteurs qui disposent d'un point d'eau, retenue collinaire ou forage.

«Mais, malheureusement, poursuivra-t-il, pour un 1er programme de 62 agriculteurs éligibles à cette irrigation, la coopérative de céréales et de légumes secs (CCLS) d'El Khroub a livré les tuyaux et les asperseurs nécessaires à l'opération mais sans les moteurs, ni la ligne d'amener du point d'eau jusqu'à la parcelle.»

Pour sa part, le président du conseil de la filière des céréales de la wilaya et également président du conseil régional de la même filière, Antar Benkahoul, fera observer que «si la situation se distingue par un stress hydrique certain, il n'en demeure pas moins qu'elle n'est pas grave et alarmante. Les champs de blé d'hiver n'ont pas encore un état inquiétant, ajoutant que 60% de ces derniers sont situés sur des terres au nord de la wilaya, à l'instar de la commune de Beni h'midène, qui sont marquées par une forte humidité et dont les effets négatifs ne seront importants que vers le mois de juin prochain».

Et d'estimer «les pertes de production à près de 25% si la pluie continue à ne pas tomber», notera-t-il.

Pour ce qui le concerne, le président de la CCLS, M. Cherouana, fera savoir que «pour les équipements d'irrigation, nous avons livré les tuyaux et les asperseurs pour les 62 agriculteurs éligibles au programme de l'Etat, qui étaient disponibles sur le marché, et pour ce qui a trait aux motopompes, les procédures administratives d'achat sont en cours».

Et tenant à informer les agriculteurs concernés, que «la CCLS n'est pas le seul fournisseur en la matière et qu'il y a lieu de se défaire de cette mentalité d'assisté, car ils sont libres de se procurer les équipements auprès d'opérateurs privés et ne pas attendre toujours la CCLS».


* Photo: Champs de blé dans la région de Tassinga. Commune de Benbadis (Constantine). Photo prise par Aissa Filali en date du samedi 9 mai 2015


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)