Constantine - Céréales

Ain Abid - Les aires de stockage font défaut "Production céréalière"

Ain Abid - Les aires de stockage font défaut




Mécontents de ne pouvoir stocker la récolte abondante de cette saison, de nombreux fellahs de Ain Abid nous ont appelé, hier, pour nous signaler le problème de manque d'aires de stockage, dans leur commune.

«Nous n'avons qu'un seul dock, de faible capacité qui ne peut recevoir toute la production que nous venons d'obtenir grâce à une bonne pluviométrie, intervenue durant les mois d'avril et mai derniers, ce qui a permis à certains d'entre nous de réaliser, dans certains endroits, jusqu'à 60 q/ha. Mais quand nous nous sommes présentés au dock pour stocker la récolte, le problème s'est posé: le dock de Ain Abid ne peut pas contenir notre production.

Il faut insister, alors, pour lancer, rapidement, le projet de construction du silo de 200.000 quintaux, prévu dans la commune», ont-ils expliqué.

Selon nos interlocuteurs, malgré que l'opération de stockage de cette récolte abondante se déroule de jour comme de nuit, ils sont obligés d'attendre plusieurs heures, leur tour dans de longues chaînes.

Ils déplorent, aussi, que les moissonneuses-batteuses, louées à grands frais, soient à l'arrêt à cause de ce problème de stockage.

«Il faut moissonner, mais où stocker la production?», ont-ils interrogé.

A notre tour, quand nous avons interrogé, hier, des citoyens et des élus de la commune, ces derniers ont confirmé cette production abondante due, selon eux, autant à la bonne pluviométrie qu'au professionnalisme des fellahs qui, maintenant, maîtrisent parfaitement les techniques de pointe pour augmenter la production, notamment une bonne utilisation des engrais.

«Le projet de construction du silo de 200.000 quintaux, confié à une entreprise espagnole, tarde à démarrer et ce retard n'est pas fait pour accompagner l'élan productif des fellahs.

Aussi, s'avère-t-il urgent, pour les autorités concernées de la wilaya et celles locales, de régler le problème de stockage de la production», a considéré un élu de l'APC, très au fait de ce dossier.

Concluant l'entretien avec une boutade ; celui-ci considère qu'il ne faut pas laisser se confirmer l'adage qui dit que «trop de bien, nuit» , car, a-t-il considéré, «ce serait aberrant de reprocher aux fellahs, de Ain-Abid, de produire plus de blé qu'ils n'en peuvent stocker. La nature du problème est plutôt d'ordre bureaucratique et relève d'un manque flagrant de prévision et de planification».


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)