Chlef - PERSONNAGES

Aicha Berrais. Cadre à Chlef: L’infatigable militante écologiste

Aicha Berrais. Cadre à Chlef: L’infatigable militante écologiste




Entre Tindouf et Chlef, il y a un long parcours que Mme Berrais Aicha, ingénieur d’Etat en aménagement du territoire et protection de l’environnement, a franchi avec succès.

Issue de l’université de Bab Ezzouar, elle a poursuivi ses études en master 2 en écologie des zones humides à l’université d’Angers (France), avant d’enseigner pendant quatre années à l’USTHB.

En 1999, elle est recrutée par le ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, qui la nomme aussitôt directrice de l’Environnement à Tindouf.

Une première dans une wilaya du Sud qu’elle quittera 15 ans plus tard avec le sentiment du devoir accompli.

D’ailleurs, elle n’en garde que de bons souvenirs, car elle estime avoir contribué à asseoir des bases solides pour le développement du secteur.

«C’était ma première nomination à un poste de responsabilité et dans une wilaya éloignée du sud du pays. Il fallait repartir de zéro et jeter les bases d’un plan d’actions concerté pour imposer l’environnement comme priorité majeure dans la vie socioéconomique locale.

J’ai donc passé 15 ans dans un milieu très masculin, où j’ai réussi quand même à mettre en place un certain nombre de structures dans le domaine dont un centre d’enfouissement technique des ordures, un parc citadin et une foret récréative», relève Mme Berrais avec grande fierté.

En retour, elle a gagné le respect et la considération de la population au point de devenir une référence dans le paysage local.

En mars 2014, elle est mutée à Chlef pour faire profiter le secteur de son expérience et de son savoir-faire mais les débuts n’ont pas été faciles pour elle.

«Il y avait un problème organisationnel et des projets en retard auxquels il fallait trouver des solutions rapides et efficaces. Pour cela, j’ai dû responsabiliser employés et partenaires sur la nécessité de faire bouger les choses. Rien n’a été négligé, même la commission d’ouverture et d’évaluation des plis a été élargie aux membres de l’APW, dans un souci de transparence en matière d’attribution des marchés publics. Aujourd’hui, je suis contente de voir que nos efforts ont donné des résultats», souligne encore Mme Berrais Aicha.

Cependant, il lui reste deux défis à relever: l’éradication totale de la décharge sauvage de Mainis, sur le littoral de Ténès, et l’acquisition d’une station mobile de traitement des lixiviats des décharges.

Elle a bon espoir de parvenir aux résultats escomptés, d’autant plus que la ministre de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Dalila Boudjemaa, s’est montrée sensible à ces questions environnementales et a donné son accord pour la concrétisation de ces projets.

«J’ai été vraiment choquée par la décharge sauvage qui pollue le littoral ouest depuis 30 ans sans que personne ne s’en alarme. Une situation qui n’est pas sans conséquences sur la relance et le développement du tourisme dans cette ville côtière. Sincèrement, je ne comprends pas pourquoi certains habitants s’opposent à la réalisation d’un CET, alors que normalement, ce dernier doit être une revendication de la population», a-t-elle regretté.

Mais la femme connue pour sa force de caractère, son calme et sa persévérance, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Ahmed Yechkour

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)
bon courage Madame
foufilou - ingenieur - chlef, Algérie

09/04/2015 - 251929

Commentaires