Boumerdès - A la une

Vers un autre report du procès Hamel

Le procès, en seconde instance, programmé aujourd'hui mercredi 27 octobre à la cour de Boumerdès de l'ex-général-major et ex-DGSN (directeur général de la Sûreté nationale) Abdelghani Hamel et consorts sera sans doute reporté une autre fois. C'est la défense qui va en formuler la demande de ce report.Un avocat de l'ex-général, haut responsable de la corporation à l'intérieur du pays retenu par ses obligations et responsabilités, a appelé un de ses confrères du bâtonnat de Boumerdès pour lui demander de se constituer et de demander l'ajournement du procès pour lui permettre de prendre connaissance du contenu du dossier. Ce dernier nous a confirmé qu'il va suivre cette démarche.
Pour rappel, l'ex-DGSN a été condamné en première instance par le tribunal correctionnel lors du procès qui s'est déroulé début juin 2020, à une peine de 12 ans de prison ferme et un million de dinars d'amende. Le procureur avait requis 15 ans de prison ferme. Son fils Toufik (en détention), impliqué dans ce dossier, s'est vu infligé une peine de 3 ans de prison ferme. La même peine (3 ans ferme) a été prononcée contre Salim Djaidjai, (en détention), ex-directeur de la Sureté de la wilaya de Tipasa.
L'ancien directeur des Domaines de la wilaya de Tipasa a été condamné à 5 ans de prison ferme. D'autres cadres de la wilaya de Tipasa ont été cités comme témoins ou accusés qui ont été par la suite condamnés dans d'autres affaires. Dans l'acte d'accusation, instruit par les magistrats du tribunal de Tipasa ? certains hauts responsables ne pouvaient pas être jugés par la justice de la circonscription où ils sont installés et activent ? il est question de dilapidation du foncier agricole, détournement de la nature juridique des terres agricoles, abus de fonction et trafic d'influence. En fait, dans le dossier jugé en juin 2020, il est question d'un terrain de 14 000 m2 relevant du domaine agricole, qui a été attribué illégalement, estimaient les juges au fils de l'ex-DGSN, pour ériger une unité de production de médicaments. Lors du procès, de hauts responsables du sommet de l'Etat ont été cités comme acteurs directs ou passifs, à commencer par le frère du président de la République déchu ainsi que Sellal et Bedoui, qui ont occupé chacun le poste de Premier ministre au moment des faits.
À noter que les trois walis qui se sont succédé à la tête de la wilaya de Tipasa ont été condamnés par le même tribunal dans une affaire liée directement à celle de Hamel et consorts à de lourdes peines de prison : Ghelaï Moussa et Kadi Abdelkader (en détention), 12 ans de prison ferme chacun, Layadi Mustapha (en détention), 10 ans de prison. L'ancien ministre des Finances Hadj Baba Ammi, en liberté, s'est vu, lui, infligé une peine de prison de 4 ans avec sursis.
Abachi L.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)