Bouira - ASSOCIATIONS ET ORGANISATIONS

Kifane Lamamra (Bouira) - Des bénévoles réhabilitent le cimetière



Kifane Lamamra (Bouira) - Des bénévoles réhabilitent le cimetière




Pendant de longues années, le cimetière séculaire de Kifane Lamamra, sur les hauteurs de la ville Bouira, avait une mauvaise réputation. Il était le refuge pour des délinquants venant de partout. De la drogue et de la débauche sur les tombes.Une profanation dans l’impunité.

L’insécurité régnant sur les lieux a rendu impossible aux citoyens de se recueillir sur les tombes des personnes qui leur sont chères, ou même d’y enterrer d’autres. C’était une zone interdite. Même l’accès à ce cimetière était des plus difficiles. Le chemin y menant se trouvait dans un état catastrophique.

Face à cette situation lamentable, un groupe de 5 personnes s’est porté bénévole pour le réhabiliter et lui rendre sa sérénité et sa quiétude avec leurs propres moyens. Tout a commencé par une vaste campagne de nettoyage. C’était un défi à la peur d’abord.

«Dans un élan citoyen et affectif, j’ai décidé de faire quelque chose pour ma ville natale, Bouira, mais sans savoir quoi. Finalement mon choix s’est porté sur la réhabilitation du cimetière séculaire de Kifane Lamamra», dira Hamid, un retraité de France, qui veut garder l’anonymat.

«Je voulais rendre le respect et la quiétude à ce cimetière. Depuis 5 ans, j’ai consacré mon temps et une partie de ma pension de retraite pour les travaux de réhabilitation. J’ai acheté et planté 200 oliviers dans l’enceinte du cimetière, construit des escaliers, aménagé les lieux, etc.».

Hamid n’est pas seul à avoir mené la difficile tâche de réhabilitation. Quatre autres bénévoles se sont joints à lui. Il s’agit de Rachid, Nourredine ainsi que 2 frères trisomiques.

Des murets furent ensuite construits et remblayés pour délimiter les frontières du vaste cimetière. Les lieux ont été embellis avec des plantes ornementales. Les travaux menés jusqu’ici ont coûté près de 4 millions de dinars. Un budget que Hamid ne regrette pas d’avoir dépensé. De leur côté, les pouvoirs publics sont, pour une fois, intervenu et goudronné la piste menant au cimetière.

De temps à autre, des âmes charitables contribuent avec des matériaux de construction. Les bénévoles du cimetière de Kifane Lamamra projettent de construire d’autres murs de soutènement, et ce, pour dégager de l’espace pour de nouvelles tombes.

«Le cimetière de Daraa El Bordj, au chef-lieu de Bouira, est saturé. Les gens sont obligés à chaque fois d’exhumer les ossements des anciennes tombes pour procéder à de nouveaux enterrements. Au fil du temps, ils ont oublié qu’il y a un vaste cimetière à Kifane Lamamra», déplore Rachid, l’un des 5 bénévoles. Cependant, des travaux supplémentaires et importants doivent être effectués.

«Nous voulons réaliser un parking pour le stationnement des véhicules lors des enterrements ou lors des visites. Nous demandons aux âmes charitables de nous aider à remblayer le restant des murets avec un engin de terrassement et aux autorités locales d’acheminer l’eau vers le cimetière et d’installer l’éclairage public. Bref, nous voulons qu’une prise de conscience durable s’impose», conclut Hamid.


Photo: Le lieu était, dans un passé récent, un refuge pour les délinquants. De la drogue et de la débauche sur les tombes des morts.

Omar Arbane





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)