Blida - Revue de Presse

Début de la campagne de vaccination hier à Blida

Début de la campagne de vaccination hier à Blida
Début de la campagne de vaccination hier à Blida
PHOTO : EL WATAN - Le directeur de la santé de la wilaya de Blida a inauguré l’opération de vaccination contre la Covid-19 à Blida
MOHAMED BENZERGA 31 JANVIER 2021 À 11 H 21 MIN 1066
C’est le directeur de la santé de la wilaya de Blida qui a inauguré le bal, en étant le premier à se faire vacciner. Pour sa part, Imene Slatnia, chirurgien-dentiste spécialiste, est la première femme, en Algérie, à être vaccinée contre la Covid-19.

Un sénateur de la wilaya de Blida (Samir Kacimi) est décédé hier matin, à quelques heures seulement du début de la campagne de vaccination contre la Covid-19. La veille, c’est le directeur des services agricoles de cette wilaya qui a succombé de la même maladie après plus d’un mois passé en réanimation.

Aussi, le coronavirus continue d’emporter des personnes anonymes de Blida. Même si le nombre de décès est en baisse dans la wilaya, cette dernière est la région qui a le plus souffert des affres de la pandémie.

En étant l’épicentre du coronavirus lors de son apparition il y a une année, la wilaya de Blida a été la première à avoir été totalement confinée, créant ainsi une pression psychologique sur ses habitants. C’est aussi l’une des wilayas les plus endeuillées, ayant connu le plus de victimes. Personne n’a été épargné : médecins, architectes, industriels, chauffeurs d’ambulance, universitaires, journalistes, commerçants, retraités…

Et dans l’optique de rendre hommage à une wilaya qui a le plus souffert, les autorités officielles l’ont choisie pour le démarrage de la campagne de vaccination.

C’est le directeur de la santé de la wilaya qui a inauguré le bal, en étant le premier à se faire vacciner. Pour sa part, Imene Slatnia, chirurgien-dentiste spécialiste, est la première femme, en Algérie, à être vaccinée contre la Covid-19. Elle se dit «chanceuse, en n’ayant ressenti aucun effet indésirable après les premières heures ayant suivi sa vaccination». Il y avait aussi Sabri Aïssa, un sexagénaire, malade chronique qui s’est estimé «heureux et en forme après la piqûre».

En tout, ils étaient une trentaine de personnes, hier, à être vaccinées à Blida, et ce, en attendant la généralisation de cet «antidote» sur tout le territoire national. Mais certains médecins appréhendent les effets du vaccin sur le long terme. «Impossible de connaître ses effets dans les prochaines années», juge un médecin spécialiste dans un hôpital public.

Pour le moment, les premières personnes appelées à se faire vaccinées sont : le corps médical, les personnes âgées et les malades chroniques. L’opération de vaccination se déroulera dans 8000 centres de santé et de soins à travers le territoire national.

Lors du coup d’envoi de la campagne vaccinale, hier matin, au siège de l’EPSP Les Bananiers, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a justifié le choix de Blida par le fait que cette dernière «était fortement touchée par la pandémie, en étant l’épicentre de la Covid-19 et a été soumise à un confinement total».

Il a saisi l’occasion pour se recueillir à la mémoire des victimes qui ne sont plus de ce monde et a souhaité une prompte guérison aux malades. Pour lui, le vaccin reste l’unique solution disponible actuellement pour éradiquer le coronavirus.

En voulant rassurer les citoyens, il a déclaré que les vaccins importés par l’Algérie obéissent à des normes liées à «l’efficacité et la sécurité», même s’il reconnaît que leur effet est limité dans le temps, c’est-à-dire que les personnes vaccinées peuvent être «re-vaccinées» en cas de besoin.

Il a toutefois appelé à maintenir les gestes barrières pour contribuer à l’éradication de la Covid-19. Il a rappelé à l’assistance que l’Algérie était au rendez-vous quant à la date du début de la vaccination. «Les hautes autorités du pays ont parlé de janvier, et c’est fait !» a-t-il insisté. Et d’ajouter : «Je peux rassurer que les équipements logistiques et les professionnels de santé sont prêts et mobilisés pour la réussite de l’opération (…). En plus, l’Algérie a une longue expérience pour ce qui est des vaccinations.»
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)