Annaba - Revue de Presse

Annaba: La crise du ciment persiste

Le ciment, ingrédient déterminant dans la construction, continue à être un produit sous haute tension. Le prix du sac de ciment flambe subitement ces derniers jours jusqu'à atteindre des pics, sur le marché noir, où il est arrivé à être cédé à 1.000 DA le sac dans certaines wilayas de l'est du pays. «Les prix continuent à gonfler au marché noir», nous dira Nabil Kessar, le secrétaire général de la confédération des opérations économiques annabie. «Il y a, certes, une légère amélioration dans l'approvisionnement mais il faut dire que la crise persiste», affirme-t-il «car explique-t-il, il y a un très forte pression sur l'usine de Hadjar Soud qui ne peut, évidemment, satisfaire une demande en constante hausse». Ce qui, pour lui, favorise la spéculation et par conséquent la hausse vertigineuse des cours, ces derniers temps. Cette situation, analyse-t-il, pénalise davantage les petits constructeurs dans l'auto-construction que les grands chantiers immobiliers qui, eux, s'adressent directement à l'usine. «La situation est, certes, critique à ce rythme-là, mais pas au point de compromettre les programmes dans le secteur de la promotion immobilière», assure-t-il. Cédé à 220 DA prix usine, le sac de ciment est revendu à 320 DA, via le réseau de commercialisation de la même entreprise. «Mais à partir de ce niveau, accusent de nombreux opérateurs, la spéculation démarre -les détenteurs de cartes de clients monnayent, sans scrupules, leur quota auprès des professionnels de la spéculation. C'est la loi des «beznassa» qui régente le marché parallèle».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)