Algérie

WAT Tlemcen

L’impasse ? Le sort du Widad de Tlemcen continue d’alimenter les débats et la polémique sur la place publique et tout un chacun s’interroge sur ce silence inexpliqué des dirigeants qui adoptent, actuellement, la politique du fait accompli et veulent se maintenir à la tête du club phare de la ville des «Zianides» et cela, malgré le parcours désastreux du Widad, à savoir la relégation et le ratage en coupe d’Algérie même si l’équipe a fourni une belle prestation lors de cette finale. Ni les joueurs, ni l’encadrement technique ne sont remis en cause mais la logique impose une assemblée générale souveraine où des comptes doivent être rendus pour situer les responsabilités des uns et des autres. Le rapiéçage est révolu et ceux qui, d’ores et déjà, brandissent le faux argument de la continuité, doivent savoir que, de nos jours, seul le résultat compte et qu’en football, une équipe doit évoluer dans un environnement serein. On a entendu, dernièrement, l’actuel dirigeant du WAT évoquer la continuité du travail et le maintien de l’équipe dirigeante actuelle.En fait de quelle continuité s’agit-il ? La continuité pour l’encadrement technique et les joueurs actuels, l’unanimité existe autour de ce point mais les dirigeants actuels n’ont pas été élus par l’assemblée générale. Ils sont donc dans l’illégalité et doivent s’en remettre à la légalité en demandant la tenue de l’assemblée générale qui doit rester souveraine dans la désignation d’un bureau directeur légitime et d’un futur président du club, légitime. La politique actuelle du «wait and see» ne servira nullement le WAT qui doit repartir sur des bases saines et tous ceux qui cautionnent l’illégitimité et l’illégalité ne veulent, en aucun cas, du bien au club. Par ailleurs, ceux qui veulent se cacher derrière la belle prestation en finale de la coupe d’Algérie, doivent savoir que ce n’est là qu’une preuve tangible de leur échec. Car si l’équipe a présenté une très bonne aptitude physico-technique et qu’elle s’est retrouvée reléguée c’est que le mal est, ailleurs, plus exactement dans les dirigeants et dans leur gestion. Sous d’autres cieux, un tel parcours nécessite, automatiquement, et inéluctablement, la démission sans condition, de toute l’équipe dirigeante, cela devant une assemblée générale. Le sens de la responsabilité et la sagesse obligent une telle attitude parce que ces gens-là placent l’intérêt du club avant toute autre considération et considèrent qu’ils font failli à leur mission. C’est pour cela que les dirigeants actuels doivent comprendre qu’ils n’ont pas le droit de prendre en otage un club qui appartient à toute une région. Ils ont failli à leur mission, relégué le club et perdu la finale de la coupe d’Algérie et cela, malgré les sommes énormes mises à leur disposition par les autorités locales lesquelles, d’ailleurs, sont interpellées pour assainir la situation et remettre le club sur la bonne voie. Ils doivent donc céder leur place à une nouvelle équipe dirigeante. Beaucoup de personnalités tlemcéniennes, animées de bonne foi et très au fait des rouages du football, restent disposées à prendre les rênes du Widad et ont, d’ores et déjà, une vision et une stratégie pour redresser la situation et faire du WAT une équipe très performante tout comme celle qui a enfanté les Khelifa, Bettioui, Benyelles, Nava, Dahleb, Kheris, Bettadj etc... pour ne citer que ceux-là. Cette glorieuse période du WAT reposait, avant tout, sur la formation et surtout la sélection régionale pour dénicher des joueurs aptes à endosser le maillot d’Ez-Zerga à l’image de Benyekhlef et autres joueurs de talent et cela, à moindres frais. Mais à l’époque, les dirigeants faisaient cela par amour au sport, en général, et au WAT, en particulier. Il est temps que l’actuelle équipe dirigeante se ressaisisse et place l’intérêt du club au-dessus de toute autre considération, à défaut c’est l’impasse. On ne peut cacher le soleil avec un tamis et continuer à alimenter une politique stérile et non fondée car cette saison écoulée, a été un fiasco sur toute la ligne pour le WAT et nul ne peut contredire cette vérité et essayer de justifier cette débâcle par des faux-fuyants. Les textes régissant le sport sont clairs et la tenue de l’assemblée générale est exigée pour toutes les équipes, sans distinction, et quelles que soient les raisons invoquées. B. Soufi
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)