Algérie

WA Tlemecen - Alors que l’AG Elective est différée aux calendes grecs

Les postulants à la présidence du WAT montent au créneau Face à cette situation navrante, l’intervention du wali est sollicitée pour mettre le club en conformité avec la réglementation en vigueur. Les déclarations de l’actuel président désigné du Widad, M. Bouraoui, lors de sa dernière conférence de presse du 15 juillet 2008 dans laquelle il a différé la date de l’AG, aux calendes grecque, et tire à boulets rouges sur les futurs candidats potentiels à la présidence du WAT, ont fait réagir ces mêmes candidats. Dans un communiqué signé, remis à notre bureau régional de Tlemcen, ils s’interrogent d’abord «sur le silence des autorités et notamment la DJS après que tous les clubs du pays, toutes divisions confondues, aient tenu leurs AG respectives faisant du club-phare des Zianides la seule équipe à ne pas s’être conformée avec la réglementation en vigueur malgré les directives claires du ministère de tutelle sommant tous les clubs d’organiser leur AG avant la date butoir du 31 juillet 2008". Mais, c’est surtout le défi lancé aux futurs candidats par M. Bouraoui dans lequel il affirme intégralement : «Que les gens sachent que le WAT n’est pas un club qu’on gère avec 500 millions de centimes, mais avec 12 milliards de centimes et donc que ces candidats apportent cette somme», ce qui a soulevé l’ire des futurs postulants qui se disent «outrés par ces déclarations irresponsables et touchés dans leur amour propre» et considèrent ces propos comme dénués de tout sens du fait que M. Bouraoui n’a déboursé aucun dinar de ses poches, ni apporté une quelconque aide de ses fonds propres « avant d’ajouter « que les 12 milliards de centimes dont il parle représentent l’argent public mis à la disposition du WAT par l’administration locale et à leur tête M. le wali de Tlemcen qui croyait qu’avec cette énorme aide financière l’équipe dirigeante actuelle sauverait l’équipe de la relégation et décrocherait la coupe d’Algérie mais, malheureusement, il a été induit en erreur par des rapports erronés ne reflétant guère la réelle situation de crise que traversait le club» et cela malgré la confiance placée en eux par le chef de l’exécutif qui n’a ménagé aucun effort pour assurer au WAT les meilleures conditions matérielles et financiers». Pour M. Ghenim Amine, candidat à la présidence du WAT «les déclarations de M. Bouraoui m’ont rendu perplexe car il est que j’avais déclaré que je mettais à la disposition du WAT, et dans un premier temps, la somme de 500 millions de centimes en plus d’un stage de 10 jours en France, soit l’équivalent de plus de 300 millions de centimes et cela sur fonds propres. Alors je retourne la question à M. Bouraoui pour lui dire : quel est le montant personnel que vous avez mis de votre poche à la disposition du WAT ?» Les candidats estiment «ridicule de leur demander la somme de 12 milliards de cts si comme le WAT était la propriété personnelle de M. Bouraoui qu’il veut la brader ou la revendre au plus offrant sachant que le WAT est le patrimoine de toute une région et qui n’est géré qu’avec l’argent du contribuable». Et de conclure : «Nous demandons l’intervention de M. le wali pour la tenue de l’AG dans les plus brefs délais afin que le club sorte de cette situation de non droit et pour qu’il puisse répartir sur des bases saines pour retrouver l’élite et son lustre d’antan». En attendant, la situation du fait accompli perdure à moins d’une intervention énergique de M. le wali. B. Soufi
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)