Algérie

WA Tlemcen


Le président crie au complot La débâcle du WAT ce jeudi, face à Béjaïa, a mis au grand jour les tiraillements qui minent le club. Le président de l’équipe, phare, des «Zianides» ne mâche pas ses mots et crie au «complot» et l’association des supporters et amis du WAT endosse cette lourde défaite à l’entraîneur et le tient pour responsable. Il est vrai que cette déroute du club est restée en travers de la gorge de tous les fans de l’équipe et tout un chacun l’interprète à sa façon mais reste unanime sur une seule chose «la maison est minée de l’intérieur par une lutte intestine». Pourtant, le WAT a enregistré toute une série de bons résultats malgré les difficultés financières. Ce jeudi, toutes les conditions étaient réunies pour décrocher un autre succès. Tous les joueurs ont perçu leurs primes et le salaire de l’entraîneur réglé grâce aux apports financiers de la wilaya (700 millions de cts en deux tranches), Sonatrach (700 millions de cts) et enfin la Sonelgaz (200 millions de cts). Donc le mal qui ronge le club est ailleurs. Le président du WAT, M. Yahla Abdelkrim tire à boulets rouges sur tous ceux qui «tirent les ficelles et usent de manipulations au point» dira-t-il que «mes prérogatives se sont confondues avec celles de l’entraîneur» considérant que ce dernier «outrepasse sa simple mission d’entraîneur». Sur ce volet, une réunion du bureau directeur du WAT est prévue ce samedi, pour «exiger de l’entraîneur un plan d’action pour redresser la situation du club». «J’y suis, j’y reste» souligne le président du club précisant «qu’il n’est là que pour servir le sport et le club et non pas pour servir les personnes ou leurs intérêts mesquins». Abordant le volet financier, M. Yahla Abdelkrim n’est pas allé avec le dos de la cuiller : «Les aides de la wilaya sont insuffisantes et les assemblées élues (APC et APW) ne nous aident guère comme par le passé et d’autres entreprises privées et publiques sont disposées à nous aider mais certaines sphères les empêchent de le faire». Il dira simplement «qu’ils veulent ma tête mais cette défaite a alerté tout le monde et que tout un chacun assume ses responsabilités parce que l’intérêt du club prime sur toute autre considération». Ces pressions, le président du WAT les résume par le fait que «la DJS s’est déplacée aux bureaux du WAT pour éplucher durant 20 jours, les comptes du WAT et elle n’a rien trouvé d’anormal». «Nous gérons le club dans la transparence et nous n’avons rien à cacher,» ajoute M. Yahla Abdelkrim qui reste optimiste pour l’avenir du club. Pour conclure, le président du WAT précisera que «dorénavant l’entraîneur reste entraîneur et le président du club, président et que tout un chacun accomplisse sa mission dans le respect mutuel».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)