Algérie - Revue de Presse

Virginité, mensonge et... Islamophobie

Il y a des sujets, comme celui du nationalisme, pour lesquels il n?y a strictement aucune différence entre la droite et la gauche française. L?Islamophobie est une variante de ce nationalisme. La polémique actuelle sur l?affaire de l?annulation d?un mariage entre deux musulmans français par le tribunal de Lille, en avril dernier, en est la dernière illustration.Les faits : une Française musulmane révèle à son mari, après le mariage, le soir des noces, qu?elle lui a menti et qu?elle n?est pas vierge. Le point de vue du marié est qu?on ne peut bâtir un mariage, une vie à deux sur le mensonge et c?est pour cette raison morale qu?il en demande l?annulation. Le tribunal de Lille, se basant sur la loi française, prononce avec le consentement des deux parties, la nullité du mariage pour «erreur sur la personne ou sur des qualités de la personne pour une des parties», conformément à l?article 180 du code civil français. Le Tribunal précise que l?époux «s?était engagé sous l?empire d?une erreur objective» qui était «déterminante dans son consentement», et que «c?est le mensonge qui a motivé la décision du juge». La Secrétaire d?Etat française à la famille, Nadine Morano attire l?attention que ce qui a été jugé est un «vice de consentement» et «qu?il ne faut pas qu?il y ait un mélange avec les religions», car il y a beaucoup «de familles catholiques pratiquantes où cet élément (la virginité) reste un atout». Le Vice-président de la région Nord Pas de Calais, Abdelkader Assouedj, signale que «l?Islam n?exige pas que les épouses soient vierges», la preuve en est «que les musulmans épousent des femmes divorcées et mères.»Mais voilà, le mari est musulman et c?est aussitôt une levée de boucliers de toute la classe politique française, et des médias, qui ne veulent retenir dans la cause de cette annulation que la question de la virginité et pas celle du mensonge. On désinforme : les médias annoncent «mariage annulé pour cause de virginité». Le fantasme se le dispute à la mauvaise foi. Tous les clichés habituels sont sortis : on crie au retour à la féodalité, à l?obscurantisme, à l?atteinte à la laïcité etc.. Fadila Amara, dont c?est le fond de commerce, exulte «C?est une fatwa contre l?émancipation des femmes», s?ecrie-t-elle. Frédéric Lefebvre, porte-parole de l?UMP, avance l?argument (génial !) que «les hommes ne peuvent être mis en cause pour les mêmes motifs et que c?est une mise en cause de l?égalité hommes-femmes» sans qu?on sache s?il parle de virginité ou de mensonge. Marie Georges Buffet, Secrétaire national du Parti communiste français, bien dans les traditions du courant chauvin et nationaliste qui a toujours été l?un des visages de ce parti, dramatise à l?extrême en clamant que «c?est un retour en arrière de plus de deux siècles, où la femme objet est la propriété de l?homme» et elle accuse Rachida Dati, la ministre française de la Justice «d?indignité extrême».En effet, il faut le noter, face à cette hystérie, Rachida Dati ramène le problème à ses justes dimensions et fait remarquer qu?il s?agit d?une simple application du droit français, que «la jeune femme avait elle aussi souhaité se séparer» et que «c?était aussi un moyen de la protéger». Une manière donc aussi de protéger la liberté individuelle de cette jeune femme comme du jeune homme qui, d?évidence, n?étaient pas faits pour s?entendre.Qu?à cela ne tienne. Tous désormais réclament le changement de la loi. Ah, ces musulmans ! On leur demandait de se conformer aux lois françaises. Maintenant, il faut la changer à cause d?eux.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)