Algérie

Violents affrontements en marge de la marche contre la nouvelle loi du travail

Violents affrontements en marge de la marche contre la nouvelle loi du travail
A Paris, des affrontements violents ont éclaté en marge du cortège des manifestants opposés à la réforme de la loi travail.A Paris, des affrontements violents ont éclaté en marge du cortège des manifestants opposés à la réforme de la loi travail.Des jeunes cagoulés armés de bâtons ont lancé des pierres contre les forces de l'ordre. Ils se sont mêlés aux lycéens qui appelaient à une cinquième journée de mobilisation contre le projet de loi examiné à partir d'aujourd'hui par l'Assemblée nationale.Les forces de l'ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes puis chargé à plusieurs reprises pour disperser des groupes de jeunes déterminés à en découdre. "On est là pour nos convictions, on n'est pas là juste pour casser des trucs et tabasser les policiers. On est là parce qu' on veut se faire entendre et on restera là", affirme un jeune manifestant."Moi, je ne suis encore qu'un lycéen, ça veut dire que c'est dans quelques années que je vais travailler et le changement, c'est maintenant. ça veut dire qu'il faut faire bouger les choses aujourd'hui, et ne pas attendre demain, car la génération de demain, c'est nous, au final", dit un autre.Avec un peu plus de 3.000 personnes selon les autorités, la mobilisation est moindre que lors des précédents rassemblements : seulement 34 lycées bloqués à travers toute la France, contre 170 lors de la dernière manifestation. Le projet de loi ne sera débattu qu'à partir du 3 mai à l'assemblée.AgencesDes jeunes cagoulés armés de bâtons ont lancé des pierres contre les forces de l'ordre. Ils se sont mêlés aux lycéens qui appelaient à une cinquième journée de mobilisation contre le projet de loi examiné à partir d'aujourd'hui par l'Assemblée nationale.Les forces de l'ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes puis chargé à plusieurs reprises pour disperser des groupes de jeunes déterminés à en découdre. "On est là pour nos convictions, on n'est pas là juste pour casser des trucs et tabasser les policiers. On est là parce qu' on veut se faire entendre et on restera là", affirme un jeune manifestant."Moi, je ne suis encore qu'un lycéen, ça veut dire que c'est dans quelques années que je vais travailler et le changement, c'est maintenant. ça veut dire qu'il faut faire bouger les choses aujourd'hui, et ne pas attendre demain, car la génération de demain, c'est nous, au final", dit un autre.Avec un peu plus de 3.000 personnes selon les autorités, la mobilisation est moindre que lors des précédents rassemblements : seulement 34 lycées bloqués à travers toute la France, contre 170 lors de la dernière manifestation. Le projet de loi ne sera débattu qu'à partir du 3 mai à l'assemblée.Agences


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)