Algérie

2012 : UNE DURE ANNEE S'ANNONCE PERSPECTIVES POLITIQUESUne année chargée

Placée sous le signe des «réformes», l'année qui s'est achevée est le prélude à une année politique qui s'annonce chargée. Les législatives prévues en mai, l'avenir de l'Alliance présidentielle, l'arrivée sur l'échiquier politique de nouveaux partis et la place qu'occupera le courant islamiste meubleront 2012.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - En adoptant le dernier texte proposé dans le cadre des «réformes», le Parlement donnait le la à une année qui sera inévitablement politique. Les élections législatives prévues au printemps prochain cristallisent l'attention de l'ensemble de la classe politique. En Conseil des ministres, le président de la République promettait des élections transparentes à une classe politique des plus sceptiques. Le spectre de la fraude qui a régulièrement entaché les consultations politiques continue de hanter les partis en dépit des garanties données par le chef de l'Etat. Les législatives auront valeur de test. Elles seront l'occasion de vérifier qu'il ne s'agit pas seulement de déclarations d'intention. Ces consultations seront surtout l'occasion de changer de personnel politique. Jamais la composante d'une APN n'aura été aussi décriée que l'aura été celle qui s'est achevée. Mal élus pour les uns, aux mains des lobbies pour les autres, elle aura pourtant été celle par qui les réformes auront abouti au terme d'alliances les plus improbables. La législature qui s'annonce aura la lourde tâche de faire oublier les ratés de celle qui l'aura précédée. Elle sera pour certains de fait constituante car elle aura probablement à débattre de la révision constitutionnelle annoncée. Sera-t-elle composée de plus d'éléments féminins ' La loi sur la représentativité féminine obligeant les partis à présenter sur leurs listes des femmes, elles seront probablement présentes en nombre plus important, pourvu que la quantité ne soit pas au détriment de la qualité. La nouvelle APN aura-t-elle la même configuration que l'actuelle ' Probablement pas. Le nombre de sièges à l'Assemblée populaire nationale actuellement de 389, devra augmenter pour être en adéquation avec le nombre d'électeurs. Le ministre de l'Intérieur annonçait que ce nombre devra augmenter dans une proportion entre 50 et 60 sièges, suivant le paramètre d'un siège pour 80 000 habitants. Mais ce n'est pas qu'en terme numérique que le changement risque d'intervenir. L'agrément de nouveaux partis risque-t-il d'avoir des conséquences sur la composante de la future APN ' Des partis politiques nouvellement créés auront-ils l'assise nécessaire et le temps pour avoir une base électorale capable de les mener à l'APN ' Pour le moment, la scène politique est en attente des nouveaux arrivés. Des partis que l'on dit «petits» s'apprêtent à vivre l'aventure électorale et semblent croire en leurs chances. Ils sont nombreux à attendre le feu vert de l'administration pour entrer en scène. Initialement, une quarantaine de dossiers étaient en attente avant que la liste ne soit raccourcie. Ils ne seraient plus que quinze partis à attendre leur agrément puisque les dossiers des autres ont été jugés peu «sérieux». Se réclamant d'obédience islamiste, nationaliste ou démocrate, ils croiseront le fer avec les autres partis politiques dans une tentative de changer la donne et de reconfigurer le paysage politique. Ce dernier vient de connaître un rebondissement. Après des mois de suspense, le MSP annonce son retrait de l'Alliance présidentielle. Quel avenir pour cette dernière ' Volera-telle en éclats ' Résistera-t-elle à la défection d'un de ses membres ' Le MSP sera-t-il vite substitué par un autre parti ' Autant de questions auxquelles s'ajoute celle de la place qu'occupera le courant islamiste. Forts du succès des islamistes en Tunisie et en Egypte, les partis algériens se réclamant de cette mouvance sont galvanisés. Ils disent croire en leurs chances et ne désespèrent pas de rééditer le même scénario que dans les pays qui ont vu arriver les islamistes en tête. Le courant se réorganise mais se cherche un leader. Le courant reste divisé. De son côté, le FLN amorce l'année avec une crise qui perdure. Les redresseurs continuent de réclamer la «récupération» du parti et comptent participer aux prochaines élections sous la bannière «redresseurs ». Les législatives ne représentent pas l'unique enjeu. Les élections locales seront également une occasion pour les partis de s'affronter pour la gestion des communes. Une élection qui intervient après l'entrée en vigueur d'un code communal très controversé. Ces élections qui interviendront en automne clôtureront certainement une année qui aura été des plus chargées.
N. I. ECONOMIE
Le temps des incertitudes
L'année 2012, aux premières vingt-quatre heures déjà écoulées, sera-t-elle différente de celle qui l'a précédée ' Répondra-t-elle à tous les vœux ' A quelles perspectives socioéconomiques doivent s'attendre les Algériens '
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Des vœux, les Algériens de toutes les couches sociales, surtout celles moyennes et démunies, n'en manquent pas. Des vœux, des souhaits surtout pour que leurs conditions de vie s'améliorent, sur tous les plans. Une évidence que la réalité risque, pourtant, de démentir. Certes, des millions de travailleurs, de retraités verront leurs revenus augmenter, du fait notamment de la revalorisation du Salaire national minimum garanti (SNMG) et la hausse des pensions, déjà effective. Même si l'abrogation de l'article 87-bis relève encore de l'incertain, l'arsenal réglementaire régissant les droits et relations du travail n'étant pas encore maturé et que la protesta, la grogne sociale marqueront encore tous les secteurs d'activité. Pourtant, une hausse des salaires et des pensions, une forte dépense sociale, à but d'apaisement, que l'aisance financière assurée grâce aux prix du pétrole permet. Mais le permettra-t-elle encore en ces temps d'incertitudes économiques à l'échelle mondiale, de risque de récession en Europe et ailleurs, de baisse probable de la demande énergétique et, donc, des prix de l'or noir ' Mais un risque auquel les pouvoirs publics affirment pouvoir parer, sur le moyen terme, grâce à l'importante épargne disponible. En attendant, le commun des citoyens, au pouvoir d'achat assez limité, peut être rassuré, aucune augmentation n'est annoncée pour les tarifs de l'eau, de l'électricité et du gaz et des carburants pour 2012. De même qu'aucune augmentation de taxes ou charges n'est envisagée. Et cela même si nombre de produits alimentaires de base continueront à être soutenus par l'Etat, les ménages subiront la hausse des prix lors de leurs achats quotidiens de fruits, légumes et viandes. Voire, ils paieront encore plus cher le tabac de qualité, d'importation. Ou bien les véhicules neufs dont la demande ne cesse de croître, malgré la suspension du financement bancaire et l'ambition gouvernementale de promouvoir une industrie automobile nationale, intégrée. A ce propos, le projet d'une usine automobile Renault sera-t-il lancé cette année, comme l'envisage le gouvernement ' Voire, le crédit automobile sera-t-il relancé, comme supputé ici et là ' L'incertitude demeure. En attendant, les Algériens, du moins ceux qui résident ou transitent par la capitale, verront les extensions des lignes du métropolitain ou du tramway d'Alger opérationnelles peut-être dès le second semestre. Comme ceux d'Oran et de Constantine circuleraient-ils à bord des rames des tramways qu'on leur promet pour cette année ' Possible. Comme il sera possible de circuler totalement sur les 1 720 km de l'autoroute Est-Ouest dont les derniers tronçons à l'est devraient être enfin livrés et d'y circuler tout en s'approvisionnant en carburants dans les stations-service promises en priorité par l'entreprise Naftal. Sur un autre plan, les Algériens communiqueront mieux, grâce au lancement de la téléphonie mobile de troisième génération, annoncée en cours d'année. Comme les clients de l'opérateur Djezzy connaîtront l'identité du futur propriétaire du leader du marché mobile et à quelles conditions financières, si rien ne perturbe le processus de cession enclenché depuis plus de deux ans. Par ailleurs, les usagers des services publics paieront leurs redevances on-line, par cartes bancaires, même si l'usage du cash perdurera encore. Comme l'incertitude demeurera concernant l'adhésion de l'Algérie à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), une accession attendue depuis presque trois décades mais qui ressemble à l'Arlésienne. Une expression qui sied également aux réformes structurelles, bancaires et autres, tant attendues mais jamais concrétisées, malgré le volontarisme des pouvoirs publics. Or, c'est là où l'enjeu réside, celui d'impulser une véritable réforme économique, au-delà de la révision annoncée de la loi sur les hydrocarbures, censée stimuler de nouveau l'intérêt international pour le domaine minier national.
C. B.

REVALORISATION DES PENSIONS DE RETRAITE ET DU SNMG
Janvier 2012, le mois des augmentations salariales
A compter du mois de janvier 2012, le montant minimum de la pension de retraite passera à 15 000 DA et des revalorisations de pensions et allocations de retraite seront appliquées selon un taux dégressif variant entre 30 et 15%. Durant la même année, le salaire national minimum garanti (SNMG) passera également de 15 000 à 18 000 DA.
Abder Bettache - Alger (Le Soir) - La décision de la première revalorisation avait été arrêtée lors du dernier Conseil des ministres, alors que la seconde a été prise lors de la dernière tripartite. Pour les deux décisions, ils seront près de quatre millions d'Algériens à en bénéficier, dont 2 400 000 retraités salariés et non salariés. Les augmentations seront financées sur le budget de l'Etat avec un impact annuel de plus de 100 milliards de dinars dont 63 milliards pour le compte des retraités. Pour les pensions de retraite, les augmentations, applicables à compter du 1er janvier 2012, sont établies selon un taux dégressif variant entre 30 et 15%, en fonction du montant de la pension et de l'allocation de retraite. A ce titre, l'augmentation des pensions et allocations de retraite, égales ou inférieures à 15 000 DA, est de 30%, 28% pour celles se situant entre 15 et 20 000 DA, 26% pour la tranche allant de 20 à 25 000 DA, 24% pour les 25 à 30 000 DA, 22% pour les 30 à 35 000 DA, 20% pour les 35 à 40 000 DA et 15% pour les plus de 40 000 DA. Selon la FNTR, le nombre de bénéficiaires de ces mesures est estimé à près de 2 400 000 (régimes des salariés et non-salariés), alors que l'impact annuel est de 63 milliards de dinars qui sera à la charge du budget de l'Etat. Au total, ils sont 2 386 408 retraités concernés par ces augmentations dont 215 882 relevant du régime des non-salariés. Pour rappel, ces mesures constituent la troisième intervention du budget de l'Etat au profit des retraités sur décision du président Abdelaziz Bouteflika, après celles de 2006 et 2009 qui ont notamment permis de relever successivement les plus faibles pensions de retraite à un minimum de 10 000 DA puis de 11 000 DA, et d'instituer un Fonds national de réserve des retraites financé par 3% de la fiscalité pétrolière.
A. B.
SONATRACH, AUTOROUTE EST-OUEST, OULTACHE, EL PARA, TRAFIC DE DROGUE...
Les «grandes» affaires jugées cette année
L'année en cours sera une année charnière pour le secteur de la justice. Toutes les affaires étalées au grand jour et instruites durant ces trois dernières années seront jugées en 2012. Les dossiers relatifs aux scandales de l'autoroute Est-Ouest, de Sonatrach, du trafic de drogue au niveau de l'aéroport international d'Alger ou encore l'assassinat de l'ex-patron de la DGSN Ali Tounsi constitueront l'attraction judiciaire pour l'année 2012.
Annoncés en grande pompe pour la fin de l'année 2011, les procès d'un grand nombre d'affaires, qui ont jusque-là occupé le devant de la scène médiatique, seront finalement traités par la justice en 2012. Les délais de procédures engagées tant de la part de la défense que de l'accusation sont à l'origine de ce «glissement» sur l'année en cours. Bref, l'opinion publique sera donc au rendez-vous avec une multitude de procès, dont les plus attendus sont ceux des affaires de Sonatrach, de l'autoroute Est-Ouest, de l'assassinat de Ali Tounsi, du trafic de drogue au niveau de l'aéroport international d'Alger, de l'ex-émir du GSPC de la région du Sud, Abderezzak El Para, et d'autres renvoyées devant les assises. L'année 2012 sera également marquée par la tenue de plusieurs autres procès relevant de la correctionnelle, des procès qui seront tenus soit en appel soit en première instance. Il s'agit, notamment, de l'affaire opposant la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) à l'entreprise privée spécialisée dans la vente de matériel informatique ABM dans laquelle est également poursuivi l'assassin présumé de Ali Tounsi, des affaires de trafic de devises, de trafic de la pièce détachée automobile, dont le réseau a été démantelé en 2011 au niveau de l'aéroport international d'Alger. Cela dit, l'année judiciaire en cours verra le rejugement pour la énième fois de la plus ancienne affaire pendante devant la cour d'Alger. Il s'agit du procès de l'ex- Enapal, dont le mis en cause, l'ex-P-dg, en détention préventive pendant six années (1991-1997), sera jugé pour la cinquième fois par le tribunal criminel près la cour d'Alger. L'année judiciaire 2012, notamment au niveau de la capitale, sera inédite tant par rapport à l'importance des affaires enrôlées en criminelle et en correctionnelle, qu'en nombre des mis en cause. Pour rappel, lors de sa dernière sortie médiatique, le procureur général près la cour d'Alger avait indiqué que le nombre d'affaires liées à la petite et moyenne criminalité a nettement augmenté, ce qui suppose que le nombre de personnes poursuivies durant l'année 2011 l'a été également et le sera probablement en 2012.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)