Algérie

Une autre face de la grippe porcine : Affrontements entre éleveurs de porcs et police en Egypte

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a communiqué hier un nouveau bilan des cas de grippe porcine, qui touche désormais 19 pays, faisant état de 787 cas avérés, dont 506 au Mexique. Un nombre en hausse par rapport à la journée de samedi, où 658 cas avaient été recensés dans 16 pays, dont 397 au Mexique, parmi lesquels 16 mortels. Concernant ce pays qui a été le premier où l'épidémie s'est déclarée, l'OMS a précisé que l'augmentation du nombre de cas au cours des dernières 48 heures est liée aux tests en cours des échantillons prélevés précédemment. S'agissant des décès causés par la grippe porcine, le nombre confirmé est de 20, a encore précisé l'Organisation mondiale de la Santé.

Ainsi au Mexique, toute l'activité économique semble paralysée, avec en plus la fermeture de plusieurs établissement scolaires par précaution. Les aéroports ont connu, notamment avec le relèvement par l'OMS du degré d'alerte à 5, une activité très réduite avec l'annulation de plusieurs vols internationaux. Les autorités de Mexico ont décidé d'annuler tous les meetings populaires à l'occasion du coup d'envoi hier de la campagne électorale pour les législatives de juillet. Selon le ministre mexicain de l'Intérieur, Fernando Gomez Mont, le gouvernement et l'Institut électoral fédéral (IFE), un organisme indépendant qui supervise les élections, sont parvenus à un accord pour respecter les recommandations des autorités sanitaires sur la suspension des rassemblements publics.

Aux USA, les autorités sanitaires de New York ont indiqué hier que l'épidémie de grippe porcine pourrait avoir affecté plus de 1.000 personnes, en précisant toutefois que 63 cas ont été confirmés par des tests en laboratoire. La même source a précisé que «tous les cas probables ont été levés et toutes les personnes affectées ont été soignées ou sont en train de l'être». Comme incidence directe, au total, 433 établissements scolaires étaient fermés depuis vendredi aux Etats-Unis pour cause de cas confirmés ou non de grippe A (H1N1). Selon les autorités, ces écoles rouvriront la semaine prochaine. De son côté, le délégué de la Santé de New York, Thomas Frieden, a estimé que «jusqu'à présent, le virus H1N1 ne semble pas avoir provoqué de cas plus grave qu'une grippe habituelle, bien que les conséquences puissent être plus sérieuses».

Dans le monde arabe, la Ligue arabe a annoncé hier qu'elle demandera au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé de convoquer une réunion de la commission arabe d'urgence de la santé pour mettre au point un plan visant à faire face à l'épidémie de la grippe porcine. Ce dernier, qui se réunira mardi à Ryadh avec la participation de l'Algérie, sera chargé de mettre au point «un plan commun» visant à faire face à ce genre d'épidémie et portant la mise en place d'un mécanisme arabe permanent d'alerte précoce et la garantie des besoins et équipements nécessaires au contrôle au niveau des ports et des aéroports. La rencontre examinera en outre la coordination avec le Conseil des ministres arabes de l'Information en vue de mettre au point des programmes de sensibilisation aux dangers de cette maladie.

En Egypte et en réaction à la décision des autorités du Caire d'abattre le cheptel porcin, des affrontements ont opposé hier des éleveurs de porcs à des policiers venus prendre leurs animaux pour les faire abattre dans le cadre de l'élimination de tout le cheptel porcin d'Egypte. Selon l'AFP, entre 300 et 400 résidents de Manchiyet Nasr, un quartier de la colline du Moqattam, habité majoritairement par des chiffonniers coptes, ont accueilli par des jets de pierres et de bouteilles les policiers dépêchés sur les lieux. Quelques centaines de policiers anti-émeutes ont alors répliqué en lançant des gaz lacrymogènes et en tirant des balles en caoutchouc contre les manifestants. Un poste de contrôle de police à l'orée du quartier a été détruit par les manifestants. Sept policiers ont été légèrement blessés, selon un responsable des services de sécurité, ainsi qu'au moins huit manifestants, d'après l'AFP et une source médicale.

Des incidents ont aussi éclaté de nouveau entre éleveurs et policiers à Khanka, à 25 km au nord du Caire, selon un responsable des services de sécurité, mercredi dernier, jour de l'annonce de la décision gouvernementale. Des policiers avaient dû rebrousser chemin dans cette localité après avoir reçu des jets de pierres. Des critiques ont fusé contre cet abattage massif dans un pays où aucun cas animal ou humain n'a pour l'instant été déclaré, d'autant plus que l'OMS a indiqué n'avoir connaissance d'» aucune personne contaminée par des porcs». Les autorités égyptiennes avaient d'abord présenté la mesure comme une précaution face à la grippe porcine, avant d'affirmer qu'il s'agissait d'éradiquer des élevages insalubres.

En Chine, les autorités ont procédé au durcissement des mesures préventives visant à empêcher la grippe porcine d'affecter le pays, en imposant un contrôle «strict» des diverses voies de transport, a rapporté hier l'agence Chine Nouvelle. «Tout voyageur ayant une température supérieure à la normale devrait subir des examens supplémentaires», telle est la directive donnée au niveau de tous les voies d'accès ou de sortie du pays.





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)