Algérie

Un trésor amazigh ignoré

Le site un véritable Tassili s'étendant sur le long du village de Semma, dans la commune de Bendaoud, 80 km à l'ouest de Bordj Bou-Arréridj ne semble pas susciter un quelconque intérêt de la part des services en charge de la protection du patrimoine ou des archéologues et leurs recherches scientifiques. Des ossements et des caractères tifinagh ont été mis à jour par les jeunes de Samma, il y a une dizaine d'années. Des lettres tifinagh en couleur rouge ont traversé des millénaires et résisté aux méfaits de la nature. Ces peintures rupestres laissés par nos ancêtres comme un message pour les générations futures, attestent non pas du passage de l'Amazigh, mais de son histoire et de sa présence dans cette région. Aujourd'hui, ce site fait face à un manque d'intérêt de la part des services concernés qui ne se soucient même pas de la partie protégée par la montagne. "Nous assistons actuellement à une destruction impitoyable de notre patrimoine hérité d'une civilisation qui résiste jusqu'à nos jours et qui apporte son lot de connaissances et de savoir", dira un jeune universitaire du village de Semma. "Ce site se consume de jour en jour", ajoute-t-il.Lors de notre exploration de la place nous avons été surpris d'apprendre qu'il y a des grottes à proximité du site qui n'ont jamais été visitées à ce jour, parce que cela nécessite un équipement spécial, car il y fait très sombre d'une part, et d'autre part ce qui a empêché les curieux d'accéder à ces grottes est l'existence d'un danger lié à la présence d'animaux et de reptiles. "S'il est vrai qu'il est difficile d'y accéder, car situé à flanc de montagne, il est tout aussi désolant de constater que les autorités concernées n'ont pas fait grand-chose, à la fois pour le protéger et le valoriser. Aucune signalisation n'est là pour indiquer aux touristes que le site a abrité les humains parmi les plus anciens et qu'ils avaient affiché un niveau d'évolution culturelle et de civilisation des plus avancé pour leur époque", dira Mohamed, un enseignant dans la région. "Ce site pourrait constituer une ressource scientifique, pédagogique et culturelle importante. Nos archéologues et les étudiants dans le domaine ont de la matière à valoriser. Sous d'autres cieux, des traces infiniment moins importantes sont prises en charge par les Etats, les fondations et autres associations, pour les préserver et les faire connaître aux populations qui augmentent ainsi leur niveau de savoir et de culture, mais aussi leur respect et leur amour pour leur patrie", ajoute-t-il. Les jeunes de la région invitent les spécialistes à venir explorer le site. "Pourquoi les étudiants en archéologie et leurs enseignants ne viennent-ils pas sur le site pour les stages pratiques '", se demandent-ils. "Pourquoi la Protection civile ne fait-elle pas ses man?uvres sur ce site '", s'étonnent-ils.
Chabane BOUARISSA
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)