Algérie - Revue de Presse

Un secteur en quête d?enseignants à Tipaza



Le ministre de la Formation et de l?Enseignement professionnels ouvrira officiellement la deuxième rentrée de la formation professionnelle et de l?apprentissage aujourd?hui à partir de la wilaya de Tipaza. Cette dernière compte onze structures de formation, qui vont accueillir globalement, selon les sources officielles, 8164 élèves, tandis que 500 femmes au foyer bénéficient d?une formation à domicile. Quant à la rentrée du mois de septembre 2004, la wilaya de Tipaza avait annoncé le chiffre de 8635 élèves. On distingue quatre types de formation. La formation résidentielle, la formation par apprentissage, la formation en cours du soir et, enfin, la formation au profit de la femme au foyer. Selon les statistiques officielles pour cette rentrée de février 2005, les 3896 stagiaires en formation résidientielle sont répartis en 131 sections couvrant 50 spécialités. Pour ce qui est de l?apprentissage, les 3904 sont répartis à travers 75 spécialités. La capacité d?accueil théorique a ainsi été très largement dépassée, allant parfois dans certains centres jusqu?à être multipliée par quatre. Cela n?est que le résultat des directives données à l?ensemble des responsables locaux du secteur, obligés d?accepter toutes les candidatures. Le secteur de la formation et de l?enseignement professionnels dans la wilaya de Tipaza enregistre des déficits dans des spécialités, en raison du manque des enseignants et de certains équipements pédagogiques et autres pour l?internat. On a recensé 90 postes d?encadrement à pourvoir, pour au moins atteindre le seuil des conditions acceptables. Les centres de la formation professionnelle et de l?apprentissage sont devenus des réceptables pour les élèves victimes de la déperdition scolaire dans la wilaya de Tipaza. Nous constatons, selon les chiffres ci-après, les efforts fournis par les autorités, afin justement de diminuer les écarts, et permettre aux collégiens et lycéens exclus de bénéficier d?une formation. En 2001, selon les rapports officiels, il y avait eu 6617 élèves exclus des établissements scolaires. Seuls 2487 élèves avaient pu bénéficier d?une prise en charge dans les CFPA, soit un taux de 38%. En 2002, ce taux a augmenté de 10%, sur un total de 7195 élèves exclus. Après avoir atteint un taux de 53% de prise en charge d?un effectif de 8182 élèves exclus, le bilan 2004 de la direction de la formation professionnelle de la wilaya de Tipaza précise que sur un total de 7659 élèves de leurs établissements scolaires, 6682 avaient été pris en charge par les structures de formation du secteur de Khaldi El Hadi, soit un taux de 87%. Néanmoins, la progression de ce taux de prise en charge ne peut pas dissimuler les difficultés que rencontrent les structures de la formation professionnelle et de l?apprentissage, qui n?arrivent toujours pas à convaincre ces milliers de jeunes oisifs qui demeurent dans les rues, déboussolés et pessimistes, qui refusent de rejoindre les centres. Dans la wilaya de Tipaza, un accord a été conclu entre la DFP et celle de la petite et moyenne entreprises et de l?artisanat. Le tissage, la broderie, la broderie traditionnelle, la poterie céramique, la poterie d?art, la vannerie, la céramique, la menuiserie d?art, la sculpture sur pierre, l?habit traditionnel, soit dix spécialités pour 70 apprentis. Les unités de fabrication des produits de l?artisanat au nombre de sept et six artisans ont été identifiés dans l?article 3 de la convention. Toujours dans le chapitre du partenariat, la DFP depuis le 6 octobre 2003, concernant le placement de 190 apprentis au sein des structures qui activent dans les spécialités de ramendeur et marin pêcheur, avait signé la convention avec la direction de la pêche et des ressources halieutiques. Le dessin sur tissu, la confection industrielle, la broderie (chbika et gergaf) sont les spécialités dispensées au niveau des locaux de l?association communale Ikra à Attatba. Déjà 66 stagiaires féminines sont concernées par ces créneaux. La wilaya de Tipaza a préféré dispenser des spécialités qui répondent aux besoins de ses principales vocations dans un premier temps, en plus de celles existantes. Il s?agit de cuisinier de collectivités ; la restauration des sites et monuments ; la photographie professionnelle aux nouvelles techniques ; la maintenance informatique ; l?horticulture, le jardinage et espaces verts. L?année 2005 dans le secteur de la formation professionnelle est déjà marquée par l?ouverture d?un CFPA au niveau du chef-lieu de wilaya, Tipaza, un projet d?un montant de 70 millions de dinars inscrit dans le cadre du plan de soutien à la relance économique. Jusqu?à 300 postes de formation sont prévus. Il est implanté en face du complexe touristique Matarès.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)