Algérie - A la une

Un risque à prendre très au sérieux Séminaire international sur les tsunamis


Un risque à prendre très au sérieux Séminaire international sur les tsunamis
La survenance d'un tsunami en Méditerranée occidentale, suite à un fort séisme, pouvant frapper la façade maritime algérienne, est une forte probabilité, puisque un phénomène pareil est survenu en 1365 sur la côte algéroise, et en 1856, à Jijel. Une question se pose alors : l'Algérie est-elle suffisamment prête pour, en premier lieu prévenir au moment opportun les citoyens de ce risque et, en second lieu, réduire impact dévastateur sur les zones urbaines et économiques qui y sont exposées ' C'est toute la problématique disséquée et débattue, deux jours durant, par les chercheurs spécialisés, notamment en sismologie et en sciences de la mer, lors d'un séminaire international sur les tsunamis, organisé, hier et avant-hier, à l'Unité de développement des énergies solaires (UDES) de Bou-Ismaïl. Cette rencontre, à laquelle ont pris part, en plus des chercheurs algériens, des experts de six pays (Turquie, Espagne, Portugal, Italie, Etats-Unis et la France) a été couronnée par des recommandations visant à développer la recherche et des études approfondies sur ce phénomène et à mettre en place un système de prévention et de gestion efficient de ce risque, classé majeur. « La recommandation principale porte sur l'urgence de redynamiser le haut conseil de la mer, dont la mission est de coordonner les actions du point de vue scientifique et réglementaire et ce, pour garantir un environnement permettant à tous les acteurs impliqués dans ce dossier (tsunami) de travailler en symbiose », fait savoir le sismologue, Mustapha Maghraoui. Le volet inhérent à l'éducation, la sensibilisation et la formation des citoyens sur le risque de raz-de-marée a été largement débattu. « La gestion du risque de tsunami passe aussi par l'ancrage d'une culture préventive parmi les citoyens habitant dans des zones à risques. Il faut également mettre en place un plan de gestion de la zone côtière pour réduire l'impact des tsunamis dans les zones urbaines et infrastructures industrielles et commerciales », observe-t-il. La troisième recommandation est relative au développement d'observatoires de surveillance dotés de systèmes d'alerte au tsunami. « C'est un projet qui pourrait voir le jour à moyen terme », annonce le Pr. Maghraoui, qui a mis l'accent sur la nécessité, pour l'Algérie, d'élaborer une carte côtière fine des zones pouvant être inondées.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)