Algérie

Un nouveau commandement des GGF à la frontière algéro-marocaine


La lutte contre la contrebande va-t-elle s’accentuer ? Selon des sources bien informées, le commandement des garde-frontières de la Gendarmerie nationale (GGF) vient d’être renouvelé dans la bande frontalière algéro-marocaine qui affiche ainsi, depuis quelques jours, un certain calme quant aux trafics en tous genres gangrenant l’économie de la région et, par extension, celle de tout le pays. Celui qui se rend pour la première fois dans la bande frontalière algéro-marocaine et les daïras limitrophes, Maghnia, Bab El Assa, Marsa Ben M’hidi, Ghazaouet, etc., constate immédiatement que la plupart des produits vestimentaires, alimentaires et autres qui s’écoulent au vu et au su de tout le monde, en gros comme au détail, proviennent du royaume chérifien. Sans oublier les véhicules des «hallaba» qui circulent à vive allure, le plein de carburant déjà fait ou rejoignant une station d’essence pour s’y approvisionner. Tout ce trafic mafieux qui se fait au grand jour touche depuis belle lurette la région. La wilaya de Tlemcen, bien sûr avec la complicité de certaines personnes des services de l’Etat, dont le train de vie par rapport à leurs mensualités en est une preuve flagrante, est ainsi le théâtre d’une contrebande effrénée des deux côtés de la frontière.Depuis quelques jours, le commun des mortels a, cependant, constaté un certain calme sur les routes menant à la frontière et l’absence de chaînes au niveau des stations-services. Cette «étonnante» situation semble trouver ses origines dans le renouvellement du nouveau commandement des garde-frontières de la gendarmerie nationale. En effet, selon des sources bien informées, le nouveau commandant des GGF et sa nouvelle équipe sont à pied d’œuvre, H24, pour éradiquer les hordes de contrebandiers de tous bords. Pour le nouveau commandement, la mission principale est de veiller à ce que la frontière algéro-marocaine soit protégée contre tous genres de trafics et à défendre le territoire national. Les mêmes sources signalent également que les GGF opèrent quotidiennement un contrôle permanent le long de la bande frontalière, surveillant ainsi les mouvements suspects, tels les activités de contrebande, les tentatives d’immigration clandestine et le trafic de stupéfiants. De l’aveu d’une personne versée dans le milieu du trabendo, les barons de la contrebande ont été pris de court et cherchent actuellement les moyens pour arriver à corrompre le nouveau commandement. Deux ou trois barons se seraient même déplacés à Alger pour se renseigner sur les habitudes du nouveau commandant des GGF. «Mon frère, ces gens-là sont capables de gaspiller des milliards, pourvu que leurs activités ne soient pas perturbées», dira notre interlocuteur d’un air connaisseur. En attendant, les automobilistes honnêtes sont satisfaits de la situation parce que, ces jours-ci, ils ne sont plus tenus à l’obligation des chaînes interminables, au niveau des stations d’essence, qui étaient imposées par les «hallaba» qui soudoyaient les pompistes. Le bras de fer entre GGF et contrebandiers vient-il de commencer?
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)