Algérie

TRANSPORTEURS URBAINS EN GRÈVE

La ville de Guelma paralysée Depuis mercredi dernier, la ville de Guelma est paralysée par une grève des transporteurs, suivie à 95% selon ces derniers. D?après le directeur des transports de la wilaya, sur 116 bus desservant la ville de Guelma, 24 travaillent toujours. Tout a commencé lorsque la direction des transports a pris la décision d?introduire huit nouveaux bus, suivant le plan de transport, pour les lignes urbaines 3, 4, 5, 6 et 7 des huit existant. Pour les transporteurs, qui protestent par cette grève contre cette décision, les huit lignes urbaines sont saturées, et pour introduire de nouveaux bus, il faut créer de nouvelles lignes et/ou ouvrir d?autres interurbaines ou interwilayas, car, selon eux, à partir de Guelma, plusieurs villes alentour ne sont pas desservies, telles que Tébessa, Oum El Bouaghi, Aïn M?lila, etc. On reproche au directeur le fait de bloquer le dialogue, du moment qu?il n?y a pas eu de suite au PV d?une réunion l?ayant regroupé avec la section de l?Union générale des commerçants et artisans algérien (UGCAA) chargée du transport. Ce PV a été signé le 25 avril dernier. On peut y lire que l?attribution de lignes est gelée en attendant de connaître les besoins en bus. « La commission d?attribution de lignes a fait état d?un besoin de 16 bus pour les lignes urbaines de Guelma et a décidé d?y injecter dans un premier temps huit bus en application du plan de transport en vigueur depuis 2002 en attendant un nouveau plan », nous dira le directeur. Samedi dernier, lors d?un sit-in que les transporteurs en grève ont observé avec leurs bus sur la route longeant le siège de la wilaya, 37 d?entre eux ont fait l?objet d?arrestation, et 17 bus ont été admis à la fourrière. Présentés dimanche dernier au parquet de Guelma, les 37 transporteurs ont été relâchés vers 20 h. Ils comparaîtront le 17 juillet pour « attroupement non armé troublant la tranquillité publique ». Quoi qu?il en soit, la grève continue, selon la section de l?UGCAA, jusqu?à la satisfaction de la revendication, soit le retrait des huit nouveaux bus des lignes urbaine.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)