Algérie - Revue de Presse

Tracas


On gèle à l?ANDI d?Oran Malgré un accord bancaire pour le financement d?une opération d?investissement, un jeune est en attente depuis juin dernier pour recevoir une réponse de la part de l?Agence nationale de l?investissement (ANDI) d?Oran. Selon ce citoyen qui s?est présenté au niveau de la rédaction d?El Watan, la réponse qu?il devrait recevoir est pourtant toute simple : soit l?accord, soit le rejet du dossier. L?agence d?Oran activant comme « guichet unique décentralisé » est, à l?instar des autres agences de l?ANDI, sommée par la législation en vigueur de donner une réponse au bout d?un délai maximum d?un mois. Plusieurs demandes de dérogation ont été adressées, au cours de ces sept mois, au directeur général de l?ANDI. La réponse reçue par cet investisseur est : « Le dossier est à l?étude. » Aujourd?hui, ce jeune investisseur se pose la question suivante : « Pourquoi ce blocage et à qui profite réellement ce genre de pratiques au sein de l?ANDI ? » Cela sachant que chaque jour de retard coûte financièrement très cher au jeune investisseur. D?ailleurs, l?affaire est devant les tribunaux et pour cela, dira le concerné, « j?ai entièrement confiance en la justice algérienne pour faire valoir mes droits ». A signaler qu?après les plaintes adressées par plusieurs investisseurs nationaux et étrangers récemment, le wali d?Oran s?est mis en colère contre certaines pratiques du directeur de l?ANDI de cette wilaya (voir El Khabar du 19 décembre 2004).
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)