Algérie - Revue de Presse

Touvabien



«Dans l'eau, les germes pathogènes sont assez difficiles à détecter. C'est laraison pour laquelle on recherche les germes banals présents en grande quantitédans le tube digestif. Ceux-ci vont constituer des germes indicateurs decontamination fécale. Leur présence dans une eau indique qu'il y a uneprobabilité que des germes pathogènes y soient présents». En termes plus clairsvalidés par plusieurs sources scientifiques et médicales, se baigner dans deseaux à forte concentration de germes expose à des risques infectieuxparticulièrement accrus chez les enfants et les personnes de santé fragile. Desdizaines de cas ont développé des pathologies caractéristiques: infections ORL,infections de l'appareil digestif, problèmes cutanés... alors boire cetteeau...», nous a dit un spécialiste. Touvabien. Monsieur le Ministre. Des dizaines de personnes sont hospitaliséesà Sidi Bel-Abbès. Mystérieuse épidémie, disent les scientifiques. Touvabien.Monsieur le Ministre. Ce sont les journaux qui gonflent tout. Tout n'est pasaussi noir. D'ailleurs c'est pour cela que lors de la dernière visite du patronde la Santé à Oran, tous les journalistes qui ne cessaient de dire que toutn'allait pas bien ont été tout simplement interdits d'accès. A part ça,touvabien. Monsieur le Ministre.  Tout est exagération chez les écriveurs dans lesjournaux. On se rappelle cette histoire de circoncision d'enfants à Constantinequi a tourné au malheur. Heureusement il y a eu l'intervention de la politiquepour banaliser. Au fait tout allait bien. Monsieur le Ministre. Depuis que vousavez conseillé un pneu sur les hauteurs de l'hôpital d'Oran. Touvabien.Monsieur le Ministre. L'hôpital est toujours ouvert, jour et nuit, au courantd'air. Il est toujours debout. En attendant qu'il tombe en ruine. Touvabien.Monsieur le Ministre. Et quand touvabien, là où tout va mal, tout risque decouler... Monsieur le Ministre.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)