Algérie

Tourisme dans le Grand Sud : Djanet, une symphonie d’émotions


Le produit touristique saharien commence à être recherché par un type de touristes avertis qui a le souci de l’environnement et qui cherche l’aventure, le dépaysement et l’authenticité. Nous retrouvons cela dans le tourisme saharien, particulièrement dans le Tassili », a-t-il déclaré.

A ce titre, l’Etat, à travers le programme complémentaire de soutien à la croissance économique, notamment le programme Sud, a réservé pour la wilaya d’Illizi une enveloppe conséquente de 125 millions de dinars qui servira à réaliser un centre d’orientation au niveau de la wilaya et une annexe à Djanet ainsi que deux points d’informations et une signalisation touristique pour permettre aux touristes de visiter les sites les plus importants. Une autre enveloppe de 50 millions de dinars servira à la viabilisation de la zone d’expansion touristique (ZET) de Djanet et permettre aux investisseurs de commencer à réaliser leurs projets. « Nous avons une enveloppe pour réaliser quelques pistes touristiques à travers le plan Sud. L’Etat a réservé une enveloppe pour la réalisation par les travaux publics de 10 000 km de pistes ; et à la wilaya d’illizi, il y a plus de 3200 km de routes dans le programme qinquennal, dont plus de 1600 km seront des routes goudronnées et entretenues », souligne-t-il. Il y a une pénétrante qui vient de Skikda, passe par illizi et arrive jusqu’à Djanet. Les infrastructures de base serviront le développement du tourisme. L’objectif est de créer le long des routes « une activité touristique » (création d’emplois au profit des jeunes et fixation de la population). La ZET fait 3000 ha dont 100 ha aménageables. Il a été décidé la localisation d’un projet qui est passé la semaine dernière au niveau de la commission nationale technique de consultation des projets touristiques et qui consiste en la réalisation d’un hôtel avec piscine et un nombre d’équipements d’accompagnement. Le ministre a rencontré les responsables des agences de voyages qui lui ont exposé leurs préoccupations telles que la cherté du billet d’avion, le problème de la délivrance des visas, le manque de promotion, le poids des impôts et la difficulté d’acquérir des 4x4. Le ministre leur a demandé de se constituer en tours opérateurs qui vont chercher les touristes et ne se contentent pas de les attendre et de charteriser les vols au lieu de se plaindre des tarifs appliqués par Air Algérie. Il faut savoir qu’un Alger-Djanet-Alger coûte plus de 24 000 DA. L’aéroport de Djanet a besoin de réhabilitation pour répondre à la demande qui a augmenté. Le wali d’illizi a expliqué qu’il doit bénéficier d’une opération de maintenance et d’agrandissement. Les travaux qui ont débuté se sont arrêtés il y a un an car le budget n’était pas suffisant. Le coût du projet a été réévalué et la wilaya attend la réponse du ministère des Finances. Deux sites ont attiré l’attention. La vallée d’Iherir, où au milieu des guelta le végétal est roi et les villages, constitués de « zeriba » traditionnelles, s’allient avec le paysage. Le site de « la vache qui pleure » est l’un des plus connus, et pour le découvrir, il faut affronter une mer de sable...


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)