Algérie

Tlemcen Le rescapé de la tuerie de 1957 nous a quittés


En enterrant le vieux Omar Bouayad Debagh (âgé de 81 ans) en cette fin du mois de mars, on ne peut rester indifférent à ce cordonnier (sababti) du Medress qui a échappé de justesse aux rafales de mitraillette des tirailleurs sénégalais qui ont fait une «partie de baroud» cet après-midi de la journée du 4/6/1957 que personne n'a le droit d'oublier. Si Omar est l'un des derniers témoins car il a porté les séquelles de sa blessure à la jambe gauche et depuis on le voyait se traîner péniblement avec ses deux béquilles jusqu'à sa mort en mars 2008. Rappelons les faits: après la grenade lancée contre le poste militaire des troupes sénégalaises implanté à Dar El-Hadit (fermée par les autorités coloniales en 1955 pour «activités subversives !») les tirailleurs sénégalais ont fait une descente dans la vieille médina et ont abattu à bout portant les commerçants, les consommateurs sirotant leur café sur les nombreuses terrasses de café et ont profané la grande mosquée en tuant à bout portant l'imam Benosman. Si j'évoque la mort de cet artisan cordonnier, qui a souffert en silence depuis sa grave blessure de 1957 à 2008, c'est pour que nul n'oublie ces anonymes, victimes de l'oppression coloniale et ils sont nombreux à ne jamais avoir demandé de réparations ni morales ni matérielles. Si Omar «l'handicapé de 1957», que tout le monde connaissait comme cordonnier dans sa petite échoppe d'El-Medress, a rejoint son épouse décédée avant lui, M'qadma Hadja Aouicha Bouayed, cantatrice de la zaouïa Cheikh Benyellès du quartier Ars Didou. Que Dieu les accueille dans Son Vaste Paradis.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)