Algérie

Tizi Ouzou : Une commission d?enquête à l?INFSP de Oued Aïssi

Interpellé par certains enseignants et stagiaires sur la situation qui prévaut au sein de l?établissement, le ministre de la Formation et de l?Enseignement professionnels a, lors de sa visite dans la wilaya de Tizi Ouzou dimanche dernier, ordonné à l?inspecteur général de son département de diligenter une commission d?enquête sur le cas de l?INSFP de Oued Aïssi. Cet établissement est paralysé par une grève des travailleurs, à l?appel de la section syndicale de l?UGTA, depuis plus de cinq semaines. « Dès demain, l?inspecteur général du ministère se déplacera sur les lieux pour enquêter sur tout ce qui s?est passé à l?intérieur de l?institut et faire un constat de la genèse du problème depuis le début à ce jour. Et, c?est à partir du rapport de la crise, qu?il prendra des décisions fermes à l?encontre des responsables de cette situation. Je n?accepterais jamais que les stagiaires soient des otages d?un conflit. Celui qui veut faire de la politique qu?il parte ailleurs. L?établissement doit rester apolitique », a insisté M. Khaldi. Pis encore, le ministre a souligné qu?il a été, seulement destinataire, récemment, d?un rapport signé par la directrice de wilaya faisant état du dénouement de la crise. Or, la réalité est tout autre. Après l?intégration de l?enseignant suspendu, tout le monde croyait que la situation allait rentrer dans l?ordre mais ce n?est pas le cas puisqu?un autre mouvement de débrayage a été enclenché à la mi-mars passé. « La grève est l??uvre de la section syndicale et sous la bénédiction du directeur de l?établissement qui veut, en réaction à l?intégration de notre collègue suspendu abusivement, bloquer tout l?institut. De ce fait, l?internat et la cantine sont fermés, une manière de faire fuir les stagiaires surtout lorsqu?on sait que l?établissement est situé loin de la ville », nous dira un enseignant de l?INSFP de Oued Aïssi qui dénonce le favoritisme et les problèmes de gestion des ?uvres sociales. Il citera, pour illustrer ses propos, le cas d?une enseignante qui a eu le privilège de « s?accaparer toutes les missions à l?étranger ». « Elle vient de rentrer du Koweit pour partir ensuite en Allemagne. Cela sans parler du problème des 14 logements achevés depuis trois ans et qui restent toujours inoccupés », nous a ajouté le même enseignant.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)