Algérie

Tizi-Ouzou


Le wali s’emporte contre le DUCH Le wali de Tizi-Ouzou a entamé hier un cycle de réunions devant aboutir à une évaluation des actions de développement menées sur le terrain par les divers secteurs. Lors de cette première session, les travaux se sont concentrés autour de l’urbanisme et de la construction, secteur très sensible… Alors que le DUCH faisait son rapport, l’on sentait le wali assez courroucé devant les chiffres et les pourcentages avancés. D’ailleurs il finira par s’écrier : «Ce bilan est négatif !» Il faut dire que même les opérations inscrites en 2002 ne sont pas encore achevées, notamment celles intéressant l’assainissement, le revêtement des routes et la voirie. Le wali reprend en lançant : «Il faut avoir une vision globale afin de réussir une approche de développement. On doit agir avec une stratégie !» Comme il a également insisté sur une politique de développement pluriannuelle. Selon lui, «le secteur de l’urbanisme doit nécessairement s’inscrire dans la durée et les programmes ne sont pas des PCD où l’impact est immédiatement ressenti par les populations». Il signalera de même que les actions importantes seront consacrées aux centres urbains; et d’instruire les responsables du secteur d’arrêter les grandes opérations avant la fin du mois en cours, et ce, avec des études préalables et surtout éviter le bricolage.Le wali a affirmé par la suite vouloir «miser sur les entreprises qualifiées dans le cadre de la réalisation des programmes alloués à la direction», d’autant plus que l’année 2007 compterait sur une enveloppe globale de 980 milliards de centimes. Et de préciser qu’»il faudra reprendre l’ensemble des reliquats afin d’engager des actions importantes et lancer, si nécessaire, des appels d’offres pour les entreprises étrangères». Pour ce qui est de l’habitat précaire dans la wilaya, le DUCH devait révéler que 39 communes (sur les 67) sont touchées par le phénomène. Il ajoutera que l’on dénombre 680 taudis et baraques de fortune établis sur 17 sites et que l’opération de relogement a touché une population de 3.790 habitants. L’habitat rural souffre également de la bureaucratie, et les aides allouées par l’Etat en ce sens sont le plus souvent sujettes à la tendance paperassière de l’administration laquelle a, d’ailleurs, été rappelée à l’ordre par le wali lors de la dernière session. Ayant, après une période d’observation, touché du doigt les retards énormes enregistrés dans la région, le wali multiplie les actions, réunions et sorties sur le terrain, mais il semble que «ça coince toujours quelque part».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)