Algérie - Revue de Presse

Tiaret



L?ONTA menace de recourir à la grève Dans un communiqué transmis par son secrétaire général, la section locale de l?ONTA menace de « recourir à la grève dès le 2 janvier 2005, journée coïncidant avec la rentrée scolaire, pour protester contre la décision du wali, datée du 27 octobre 2004 », leur enjoignant de se conformer aux nouvelles orientations en matière de transport public, notamment pour le renouvellement de leurs véhicules dont l?âge ne doit pas dépasser les 5 ans et surtout de n?utiliser que ceux disposant d?au moins 25 places. L?instruction évoque jusqu?aux marques de voitures qui ne sont pas concernées par cette décision (FIAT, RENAULT et BERLIET). Celle-ci stipule, dans l?un de ses articles, que les « concernés auront à se conformer strictement à cette directive sous peine de retrait, dans un délai de six mois, de l?autorisation d?exploitation et leur reversement dans l?inter-wilaya. Décision que conteste les transporteurs dont Abdelhamid Mechtoune, porte-parole venu, hier, expliquer la démarche comme ultime solution pour faire entendre leur voix. Ce dernier, dans un entretien à El Watan, a fait savoir que « cette décision, qui concerne 96% de la corporation, est malvenue, car tous les propriétaires de véhicules concernés ont été des pères de famille auparavant licenciés des entreprises économiques locales et ne pourront souscrire à la démarche gelée au niveau du ministère » ; et de proposer « une formule concertée avec toutes les parties concernées ». La décision du wali, inspirée par les recommandations de la commission de sécurité de la wilaya, a été motivée par « l?état en continuelle dégradation de ce parc roulant » qui n?a cessé de causer des désagréments aux usagers de la route et des pertes humaines à Tiaret. Le communiqué de l?ONTA, qui rappelle certains chiffres, il est vrai éloquents, ne doit pas faire fi des intérêts des usagers à chaque fois pris en otage dans des conflits qui perdurent.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)