Algérie - Revue de Presse

Tiaret



Un tramway pour la banlieue L?approche préconisée par les pouvoirs publics locaux en matière de transport et, subséquemment, celle liée à la circulation qui visait une meilleure organisation du secteur au centre-ville à travers l?aménagement, la hiérarchisation du réseau de voirie, le soulagement du trafic au niveau des goulots d?étranglement et l?amélioration des conditions de déplacements, va voir se concrétiser un vieux rêve que caressent les Tiarétis avec la réalisation prochaine d?une première ligne de transport ferroviaire Tiaret-Karmane. Deux phases d?études sur les trois que mène le bureau d?études CTRAIL, relevant de la SNTF, et commandée par l?APC, ont été achevées à 100% en attendant, dit-on, l?étude technico-économique. Une réalisation devant permettre, dans un premier temps, de soulager les usagers qui empruntent la ligne Tiaret-Karman. Une banlieue de plus de 20 000 âmes pour laquelle sont mobilisés 25 bus et d?autres moyens de transport. Il faudrait dire que l?important trafic routier qui continue d?influer négativement sur tout le plan de circulation de la ville, a dû amener tous les responsables concernés à revoir la vision globale en matière d?aménagement urbain. Situation dictée, selon un rapport de l?ANAT, par « une topographie contraignante du tissu initial et une forte exploitation des axes routiers à caractère national qui traversent la ville. Près de 40 000 véhicules y convergent chaque jour. » Un tramway pouvant assurer les déplacements quotidiens à près de 15 000 personnes sur une distance de 7 km, voilà une nouvelle réjouissante qui va bouleverser totalement la donne en matière de transport dans un chef-lieu devenu une véritable mégalopole. Première tranche d?un ambitieux projet longtemps caressé mais toujours remis dans les tiroirs, faute d?argent. Depuis l?apparition du chemin de fer dans la région, notamment la ligne Tiaret-Relizane, les responsables voudraient l?exploiter tant pour le transport des marchandises que celui des personnes. Le train transportait sur cette ligne plus de 11 000 tonnes entre produits céréaliers et carburants et a dû cesser son activité avec l?apparition du terrorisme, et bien avant depuis que Sonatrach ne recourait plus à ses services. A en croire un communiqué de presse émanant de la wilaya, un accord de principe a été donné par les autorités centrales du pays pour sa reprise après son aménagement. Son utilité dans le contexte socioéconomique actuel n?est plus à démontrer, selon le premier responsable de la wilaya qui juge que c?est un autre projet structurant devant parachever une panoplie de projets en cours de réalisation, comme l?important marché de gros, le grand pôle universitaire de Karman et les grands axes routiers reliant le Tell au Sud.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)