Algérie

TEBESSA


TEBESSA
C'est une ministre de la Solidarité nationale, au bord des larmes, qui a présidé une émouvante cérémonie, à l'établissement des enfants assistés de Bekkaria, au moment où une jeune fille, pensionnaire du centre, entonna un hymne à l'orphelin, tout le monde retenait, difficilement son émotion et ce, à l'occasion de la célébration de la Journée de l'orphelin musulman, coïncidant avec le 13 juillet de chaque année.Dans son allocution de circonstance, en ce mois de Ramadhan. Dounia Messlem Ameur a rappelé tous les engagements politiques et textes législatifs, en faveur de cette catégorie de citoyens que sont les enfants et de surcroît orphelins, leur prise en charge et leur accompagnement, du point de vue social. Pour rappel, cet établissement, dépendant de la direction de l'Action sociale, localisé dans la commune de Bekkaria, accueille 27 pensionnaires, encadrés par un effectif de personnel pédagogique de 14 employés.Parmi, les difficultés rencontrées, selon ses gestionnaires, citons la nécessité de la rénovation des équipements spécifiques, ainsi que celle du matériel d'internat. De retour au chef-lieu de wilaya, le membre du gouvernement a effectué une virée pédestre au parc d'attraction et de divertissements de la ville, à la rencontre des familles présentes sur les lieux. Tard, dans la soirée de son premier jour de visite dans la wilaya de Tébessa, la ministre a eu une réunion de travail avec les élus et les cadres de son secteur, ainsi que des représentants des collectivités locales. Le rapport du directeur de la DAS s'est étalé sur les activités de son secteur, évaluation et perspectives à travers les programmes inscrits et les projets réalisés ou en cours de réalisation, concernant entre autres, la prise en charge de la frange de personnes aux besoins spécifiques, les efforts consentis quant à l'insertion professionnelle de diplômés ou encore la création de postes d'emploi, dans le cadre du programme «Blanche Algérie».Le wali, M. Mabrouk Beliouz a, lui aussi, soulevé la problématique du financement des projets inscrits dans ce secteur de la Solidarité, notamment, en ce qui concerne les communes les plus démunies, en matière d'accompagnement social, citant, au passage, le cas du transport scolaire, dans les zones rurales. Dans son intervention, Dounia Messlem Ameur a annoncé son intention de se rendre, dans les 48 wilayas, afin de tâter le pouls de ce secteur sensible. Toujours, selon ses propos, la feuille de route existe et nécessite l'effort de tous pour élaborer une politique nationale de solidarité, travailler avec les élus locaux, être à l'écoute des responsables de la wilaya. Les préoccupations et les propositions semblent être le crédo de la nouvelle ministre. Sa stratégie s'articule sur un triptyque: organisation, honnêteté et rationalité, dira-t-elle en substance; l'objectif final étant de combattre toutes les formes d'exclusion et dépasser le stade de l'assistanat. La ministre a promis de prendre en considération les propositions.Enfin, notons qu'au cours de la deuxième journée de cette visite de travail, la ministre devait se rendre au centre spécialisé de rééducation pour filles à Tébessa, un établissement de 60 pensionnaires, avant de présider une autre rencontre, cette fois-ci, avec les représentants de la société civile et du mouvement associatif.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)