Algérie

Suspense La maison biscornue (20e partie)


Suspense La maison biscornue (20e partie)
Résumé de la 19e partie - Charles fait tout pour gagner la sympathie de Magda, la mère de Sophia...
Sophia, qui entrait, coupa la parole à sa mère.
' Voyons, maman, tu ne vas pas raconter à l'inspecteur un tissu de mensonges !
' Mais, Sophia, mon amour...
' Je sais que tout est au point dans ton esprit, ma chère maman, et que tu lui donnerais un excellent spectacle, mais j'ai la conviction que tu te trompes du tout au tout.
' Allons donc ! Tu ne sais pas...
' Je sais fort bien. Il faut jouer ça tout autrement. Parler peu, garder tout pour soi, rester sur ses gardes, protéger la famille...
Une perplexité enfantine se lisait sur le visage de Magda.
' Alors, tu crois vraiment...
' Aucun doute, maman. On ne sait rien, voilà le principe.
Sophia ajouta, cependant qu'un sourire détendait les traits maternels.
' Je t'ai fait du chocolat. Il t'attend sur la table du salon.
' Bonne idée, ma chérie. Je meurs de faim !
Sur le seuil, Magda se retourna pour prononcer une ultime réplique, dont je n'aurais su dire si elle s'adressait à moi ou aux rayons chargés de livres qui se trouvaient derrière mon dos.
' Vous ne sauriez imaginer quelle bénédiction pour une maman que d'avoir une fille qui l'aime !
Elle sortit là-dessus.
' Dieu sait ce qu'elle racontera à la police ! dit miss de Haviland avec un soupir.
' Elle sera très bien, déclara Sophia.
' Elle est capable de dire n'importe quoi.
' Rassurez-vous, ma tante ! répliqua Sophia. Elle suivra les instructions du metteur en scène et le metteur en scène, c'est moi !
Ayant dit cela, elle sortit, vraisemblablement, pour aller rejoindre sa mère. Elle revint presque aussitôt pour annoncer à son père que l'inspecteur principal Taverner désirait le voir.
' J'espère, ajouta-t-elle, que tu ne vois pas d'inconvénient à ce que Charles assiste à l'entretien ' La requête me parut surprendre quelque peu Philip Leonidès ' il y avait de quoi ! ' mais il n'en répondit pas moins, sincère d'ailleurs, que la chose lui était indifférente. Un instant plus tard, l'inspecteur principal Taverner entrait. Solide, massif et rassurant. Il salua et ce fut miss de Haviland qui parla la première.
' Avez-vous besoin de moi, monsieur l'inspecteur '
' Pas pour le moment, mademoiselle. Plus tard, si vous pouvez m'accorder quelques minutes...
' Mais certainement. Vous me trouverez en haut.(A suivre...)
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)