Algérie - Tennis

Stade de tennis à l'OCO : Un chef-d’œuvre livré à lui même


Stade de tennis à l'OCO : Un chef-d’œuvre livré à lui même


Loin des polémiques sur la qualité de nos stades de football, les conditions auxquelles se trouvent plusieurs autres installations sportives, confirment entre autres, le profond dysfonctionnement qui menace sérieusement la préservation de nos installations sportives en Algérie.



En effet, Notre constat effectué sur l’un des plus grands et le plus beau terrain de tennis en terre battue et qui est situé au complexe sportif Mohamed Boudiaf à Alger, demeure l’exemple parfait d’une grave négligence et qui devient hélas, de plus en plus contagieuse et ce, malgré l’importance consacrée aux activités physiques et sportives dans le programme quinquennal de Monsieur le président de la république.



Ce magnifique chef-d’œuvre, qui nécessite toute l’attention des pouvoirs publics, risque effectivement, de finir en ruine au grand dam des amateurs de tennis, et qui ne demandent pourtant, qu’à pouvoir exploiter à nouveau cette gigantesque infrastructure et notamment pour ressusciter les grands évènements nationaux et internationaux consacrés à la petite balle jaune.



Ce pendant, eu égard aux mesures entreprises par le premier responsable du secteur de la jeunesse et des sports après avoir délégué la gestion de la pelouse du stade Mustapha Tchaker, à la fédération algérienne de football « FAF » pour défaut d’entretien, Alors pourquoi donc, ne pas faire autant avec les autres disciplines ? Bien que, le ministre de la jeunesse et des sports, M. Sebgag Abderrezak, stipule le manque d’une main d’œuvre qualifiée pour pouvoir entretenir les pelouses naturelles dans nos stades de Football, mais n’empêche que, cette fois-ci, il s’agit d’un terrain en terre battue, et qui relève en principe au ministère de tutelle, mais sans pour autant lui consacrer la moindre importance. Pendant ce temps-là, plusieurs générations pétries de qualité, sont malheureusement privées de leur passion préférée à cause d’un laisser-aller, tout en sanctionnant au passage, la nation de ses jeunes talents émergeant dans le monde de la raquette.



Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)