Algérie

Sommation aux églises algériennes


Les représentants des communautés des églises protestantes de Tizi-Ouzou ont été sommés de se conformer à la réglementation en vigueur concernant la gestion des lieux de culte. Mais « aucune de ces communautés des églises protestantes de Tizi Ouzou n'a suspendu ses activités », après la notification par les autorités à se conformer à la loi de février 2006, a-t-on appris hier auprès d'un membre de ces communautés. En effet, des représentants de ces communautés à Tizi Ouzou ont été convoqués dans ce sens pour fournir les documents en leur possession hier même, selon toujours notre interlocuteur. A en croire notre source, seule la communauté de Aït Bouaddou (Ouadhias) connaît un problème à propos de son lieu de culte pour une raison toute autre. Celle-ci est liée à la nature juridique du terrain. Joint par téléphone, le président de l'église protestante d'Algérie, Mustapha Krim, a déclaré qu'aucune des 32 communautés (lieux de culte) n'a gelé ses activités. « Et on ne compte pas le faire puisque notre existence remonte à plus de 10 ans et nous possédons un agrément», explique notre interlocuteur. Il a également indiqué que les autorités leur ont demandé de se conformer à la nouvelle loi et que la délivrance du certificat de conformité se fera par le biais de la commission nationale des cultes autres que musulman. Cette commission, pour rappel, veille au respect du libre exercice du culte et prend en charge les affaires et préoccupations en relation et donne un avis préalable à l'agrément des associations à caractère religieux ainsi qu'à l'affectation des édifices à l'exercice du culte. Aucun ultimatum n'a été fixé dans la notification, selon notre interlocuteur. Et ce dernier de préciser: «Nous allons épuiser toutes les voies de recours, quitte à aller devant la justice pour que nous puissions pratiquer notre confession». Et notre interlocuteur de « faire appel à toutes les bonnes volontés pour le règlement définitif de ce problème ». Si officiellement, aucun commentaire n'est fait sur cette question, des sources proches de l'administration confient que la démarche est toute simple. «Un lieu de culte obéit à un certain nombre de conditions fixées par la loi en vigueur, qui est celle de février 2006. Il est demandé aux communautés de l'église protestante d'Algérie de se conformer à cette loi. D'où cette notification qui leur est faite», souligne-t-on. Et la même source de conclure: « On n'a pas envisagé la fermeture de ces lieux. On se demande pourquoi une telle mesure, purement règlementaire, est interprétée comme une «interdiction» ou un gel ». Pour rappel, l'ordonnance n° 06-03 du 28 février 2006 fixe les conditions et règles d'exercice des cultes autres que musulman. L'article 5 de cette ordonnance notamment stipule que l'affectation d'un édifice à l'exercice du culte est soumise à l'avis préalable de la commission nationale de l'exercice des cultes. Par ailleurs, l'exercice collectif du culte est organisé par des associations à caractère religieux dont la création, l'agrément et le fonctionnement sont soumis aux dispositions de la même ordonnance et de la législation en vigueur.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)