Algérie - Revue de Presse

Sidi Bel Abbès


La commune veut enfin récupérer son patrimoine Longtemps occultée, la gestion « désastreuse » du patrimoine immobilier de la ville de Sidi Bel Abbès a, selon des sources, privé pendant plus d?un demi-siècle les caisses de la collectivité « d?un apport financier certain qui aurait bien pu servir au développement de la cité. » Particulièrement pour ce qui est des biens anciennement rattachés à la municipalité qui devront être, au fur et à mesure, « intégralement restitués à la collectivité », promet-on au niveau de l?APC. Les instances communales de la ville de Sidi Bel Abbès viennent, en effet, de mettre en application une procédure de restitution de divers biens immobiliers communaux « délaissés, sinon sous-exploités depuis des décennies. » Même si l?on ne s?attarde pas, impunité oblige, sur les raisons et les circonstances ayant permis à certains « privilégiés » de détourner ces biens à leur profit au détriment de la collectivité, on fait remarquer, toutefois, que la récupération de ces biens « prendra beaucoup de temps, étant donné la complexité de la procédure. » C?est à la faveur d?un rapport de situation établi en 2003 et présenté par le service municipal concerné, que les élus ont eu toute latitude de s?enquérir des principales affaires portant sur la récupération des biens immobiliers de la commune (salles de cinéma, manège, établissements hôteliers, locaux commerciaux, logements de fonction...), qui auraient été détournés de leur vocation première telle que définie par le cahier des charges. En terme de patrimoine anciennement rattaché à la commune de Sidi Bel Abbès, les biens, objets de ladite procédure, concernent tout d?abord quelque 23 fermes agricoles d?une superficie variant entre 60 et 300 hectares, situées dans les communes de Aïn Trid, Sidi Daho, Tenira, Lamtar et Telagh. D?ailleurs, une série de contacts devrait être initiée avec les responsables des services agricoles pour débattre, précisément, de la nature juridique des biens immobiliers précités et des modalités d?application du dispositif de récupération du patrimoine agricole. Par ailleurs, la même procédure de réappropriation du patrimoine immobilier communal doit toucher deux centres de colonies de vacances situés sur les hauteurs de Tessala et dans la localité de Terni (Tlemcen). Une délégation communale doit se rendre, dans ce contexte, prochainement, dans la wilaya de Tlemcen pour se concerter sur les conditions et modalités de récupération de la colonie de vacances de Terni. La même opération doit toucher ultérieurement divers biens immobiliers communaux et autres exploitations agricoles disséminées en divers endroits du pays et même à l?étranger, selon certains et qui, traditionnellement, appartenaient à la commune de Sidi Bel Abbès. De source proche de l?instance exécutive communale de Sidi Bel Abbès, la restitution de tels biens constitue une source de revenus considérables devant permettre de consolider et de contribuer à l?équilibre budgétaire de la commune.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)