Algérie - Revue de Presse

Sétif saccagée par des supporters



A l?issue du match de la Ligue des champions arabes ayant opposé mercredi l?Entente à l?Ittihad Djeddah, des actes de vandalisme ont été enregistrés à l?intérieur, aux alentours du stade et à travers de nombreux quartiers et artères de Sétif qui se sont transformés, des heures durant, en champ de bataille. Les chaises et les portails du stade ont été arrachés par une foule en furie. Des voitures, des panneaux publicitaires, des poteaux de l?éclairage public, des enseignes lumineuses des édifices publics et privés ainsi que les feux de signalisation de toute l?agglomération ont été saccagés par des pyromanes déchaînés. Jeudi, Sétif offrait un décor de désolation. Les habitants, tétanisés, constataient la mort dans l?âme les dégâts estimés selon les premières évaluations à des centaines de millions de dinars. Pis, les délinquants, dont certains étaient dopés par les psychotrophes, ont, en s?attaquant à la demeure du président Serrar, failli commettre l?irréparable. L?intervention rapide et en nombre des forces de l?ordre a atténué quelque peu la frayeur des parents et de la famille de Serrar, choqué par le comportement de ces pseudo-supporters. Le véhicule d?un athlète et la villa où séjournent les joueurs ne résidant pas à Sétif n?ont pas été épargnés par les casseurs qui ont ébranlé l?ordre public de la capitale des Hauts-Plateaux, qui n?a jamais connu une telle tournure, suite à une contre-performance sportive concédée cette fois-ci, face à une très forte formation saoudienne. Ces actes de vandalisme ont été condamnés par les Sétifiens et les Ententistes en particulier. Certains d?entre eux interpellent les autorités locales : « Ces voyous payés et manipulés par certains clans n?ayant pas admis que l?Entente revienne sur le devant de la scène doivent répondre de leurs actes. Les autorités doivent ouvrir une enquête pour démasquer les commanditaires qui ont tout fait pour pousser Serrar vers la porte de sortie... ». L?échec de l?Entente a été un prétexte pour les incendiaires. Les forces de l?ordre ont procédé à l?arrestation de plusieurs individus qui seront dans les prochains jours présentés devant le magistrat instructeur près le tribunal de Sétif. Serrar jette l?éponge Le président du club, Abdelhakim Serrar ayant été touché dans son amour-propre, a décidé de remettre le tablier. Cette décision est, selon un de ses proches collaborateurs, irrévocable. « Le moral de Serrar, qui a redoré le blason du club, est fortement abîmé. Le comportement des pseudo-supporters qui se sont attaqués à sa famille, ayant par ailleurs blessé un de ses frères, est dégoûté par l?ingratitude de ces gens », rétorque notre interlocuteur. Affaire à suivre.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)