Algérie - Revue de Presse

Selon un expert international de l?énergétique


« Le baril de pétrole touchera les 50 dollars en 2005 » Notre scénario, assez prudent, table sur un niveau de 50 dollars le baril à la fin de l?année 2005. » C?est ce qu?a indiqué Moncef Kaâbi, directeur de recherche et responsable des matières premières et du pétrole chez CDC Ixis Capital Markets, dans un entretien accordé au quotidien économique français La Tribune (édition du vendredi dernier). Comme principales raisons à ce scénario haussier, l?expert cite « les incertitudes géopolitiques » qui, selon lui, « soutiendront le prix du pétrole pendant au moins deux ans ». Le pétrole, explique-t-il, « va continuer de monter, alors que le monde va atteindre sa limite maximale en termes de capacité de production ». Ce maximum estimé à près de 86 millions de barils par jour va être touché, selon lui, à la fin de l?année 2005, tandis que la demande des économies continue de progresser. Entre-temps, relève-t-il, « l?OPEP se montre incapable de réagir pour casser ces anticipations ». Pour ralentir la hausse des prix, M. Kaâbi estime qu?un espoir réside dans l?OPEP « si l?Organisation, en particulier l?Arabie Saoudite, arrive à mobiliser 1,2 million de barils par jour supplémentaires assez rapidement ». En outre, l?amélioration de la situation en Irak permettrait au pays de produire entre 3 à 5 millions de barils par jour. Mais cette situation, indique-t-il, « reste très incertaine ». A propos de l?impact qu?aura la hausse des prix du pétrole sur les marchés mondiaux, l?expert affirme que le véritable danger pour les marchés se situe sur « l?impact de cette hausse sur les économies mondiales et son risque réel sur l?inflation ». Quoi qu?il en soit, précise-t-il, « les secteurs de la chimie et de l?automobile restent les plus exposés à court terme par un prix du pétrole élevé ». Par la suite, « les autres types d?activité peuvent en pâtir, sans oublier la consommation toujours fragile en cas de hausse continue des prix de l?or noir ». Expliquant la nature du risque inflationniste, Moncef Kaâbi précisera qu?« avec une hausse du prix du pétrole de 20% prévue pour 2005, à un prix moyen estimé à 48 dollars sur l?ensemble de l?année, les prix européens et américains devraient progresser de 0,5 à 1 point de plus sur l?année ». De même, poursuit-il, « un tel niveau de prix du pétrole aura un effet récessionniste sur les économies mondiales, avec un impact négatif de 0,5 à 0,7 point pour le PIB en Europe et aux Etats-Unis ».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)