Algérie

Sécurité sociale


La carte «Chifa» en service dès avril 2007 La mise en circulation de la carte à puce «Chifa» permettra aux 7 millions d’assurés sociaux l’accès plus rapide aux services de la CNAS. Une rencontre a été organisée jeudi à l’Aurassi pour annoncer la mise en circulation de cette carte magnétique qui a nécessité un budget de 16 millions d’euros. D’après M. Khenchoul, DG de la CNAS, cette rencontre a été une occasion pour les invités étrangers d’exposer leurs expériences respectives dans ce domaine et les résultats obtenus en matière de fluidité de l’information devant circuler entre le médecin, la caisse et le pharmacien. Pour M. Xavier Chanay, de la société française Gemalto, ce dispositif relève de la sécurité numérique, c’est «une expérience riche et unique». M. Chanay évoquera en outre les différentes solutions informatiques mises en place dans ce domaine (le passeport électronique aux Etats-Unis et la carte d’identité au Sultanat d’Oman). Quant à Mme Anne Viroux, de l’Union nationale des mutualistes libres de Belgique, elle abordera, pour sa part, l’expérience de la carte SIS (Système d’Information Sociale) en vigueur dans son pays. Elle déclinera, à ce sujet, les multiples avantages générés par ce dispositif. Il est attendu enfin une fluide coopération entre les agents de la CNAS, les professionnels de la santé (médecin, pharmacien...) et l’assuré social. La carte à puce «Chifa», destinée aux assurés de la CNAS, sera mise en circulation à partir d’avril 2007. L’annonce a été faite par le ministre de l’Emploi et de la Solidarité nationale M. Djamel Ould Abbès qui représentait Tayeb Louh, ministre du Travail et de la Sécurité Sociale, absent pour des raisons de calendrier à la rencontre qui a regroupé à l’hôtel Aurassi d’éminents experts venus de France, de Belgique et du Sultanat d’Oman. Selon le directeur de l’informatique de la CNAS, M. Touati, le démarrage de ce projet a eu lieu le 3 juillet dernier. «Il s’agit d’une véritable fiche d’identité sociale et médicale», a-t-il indiqué. Cette carte à puce permettra notamment de rationaliser les dépenses pour la Caisse Nationale des Assurés Sociaux et les ayants- droit. Cette nouveauté simplifiera, en outre, les procédures administratives de tous les intervenants (CNAS, prestataires de service et autres assurés sociaux). De même qu’il est attendu une accélération du remboursement des prestations ainsi que l’instauration d’un système de sécurité contre les abus et les fraudes. Il faut souligner, par ailleurs, que pour la confection de cette carte, la CNAS a opté pour la une entreprise française GEMALTO. Cette dernière, née de la fusion de Gemplus et de Axalto, est considérée comme l’un des premiers fabricants au monde. La mise en œuvre du système de la carte électronique se fera en trois étapes a-t-on appris. Il s’agit, dans un premier temps, d’installer des équipements et de développer ensuite des logiciels. Il reste maintenant à espérer que la fraude ne sera plus à l’ordre du jour à la CNAS.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)