Algérie

«Sauf le président Bouteflika, aucun pacte ou engagement ne nous lie avec une personne»

«Sauf le président Bouteflika, aucun pacte ou engagement ne nous lie avec une personne»
Le secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounès, a animé hier, samedi, un meeting de campagne au Centre culturel islamique CCI de Chlef devant de nombreux sympathisants. M. Amara Benyounès a appelé les militants de son parti à opter pour une économie alternative de l'économie basée sur la rente pétrolière.L'orateur a par ailleurs rassuré les présents que la situation économique par laquelle passe l'Algérie n'est pas alarmante et ne ressemble à en aucun cas à celle des années 80. En 1986 l'Algérie était endettée ; la dette algérienne étrangère était importante. Cependant, l'Algérie de 2016 détient, ajoutera l'ex-ministre, grâce à la politique efficiente du président Bouteflika, plus de 150 milliards de dollars comme réserve de change. Ainsi, nous n'avons pas de dettes extérieures. C'est pourquoi, L'Algérie ne doit en aucun cas recourir à l'endettement extérieur pour financer les déficits à l'avenir. L'endettement extérieur n'est pas souhaitable car il ne permet pas de diminuer ce risque d'éviction sur l'économie et ne ramènera pas des devises pour le pays», analyse l'ex-ministre du Commerce. Toutefois, sans des réformes économiques efficientes, Benyounès n'écarte pas l'hypothèse de l'endettement extérieur et la crise économique. Il ne faut pas, ajoutera Benyounès, dramatiser les choses, l'Algérie pourra s'en sortir dans peu de temps car actuellement nous avons le potentiel matériel et humain requis. Une stratégie économique alternative s'impose, selon Benyounès, pour accélérer la cadence du développement économique en Algérie et multiplier les exportations hors hydrocarbures. Le secrétaire général du MPA a appelé également les jeunes à défendre les intérêts supérieurs de leur pays au moment où «notre territoire encourt tous les risques et les dangers qui pourraient provenir des frontières», précise-t-il. Le patron du MPA a évoqué la situation sécuritaire des frontières algériennes pour mesurer le seuil du danger extérieur. Quant à ses militants, le SG du MPA a appelé, hier, les élus de son parti, à se mobiliser davantage pour une meilleure prise en charge des préoccupations des citoyens. Le MPA insiste par ailleurs sur la préservation du cadre démocratique et républicain de l'Etat algérien. Il a, à l'occasion, réitéré son «soutien absolu» au président Bouteflika sans condition aucune. «Nous le rappelons encore une fois, le seul pacte que nous avons est celui qu'on a avec le président de la république Abdelaziz Bouteflika, président de tous les Algériens», a-t-il affirmé. Et d'ajouter que «Sauf le président Bouteflika, aucun pacte ou engagement ne nous lie avec une autre personne quel que soit son poids, son statut en Algérie ». Signalons enfin que les cadres et élus du parti de la région-centre étaient présents à ce meeting à l'instar de Abdelhakim Bettache, maire d'Alger-centre et autres.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)