Algérie

Saison estivale ratée

Saison estivale ratée
Les habitants ne savaient plus à quel saint se vouer, devant l'absence quasi totale de l'eau potable, la défaillance de l'éclairage public et le manque d'hygiène dans une zone des plus fréquentées durant la saison des grandes chaleurs.Les habitants d'une partie du littoral annabi au même titre que les responsables des complexes touristiques, ont durement ressenti les aléas engendrés par le comportement plutôt maffieux de certains responsables concernés par la mission d'AEP et de l'assainissement des plages. Les habitants ne savaient plus à quel saint se vouer, devant l'absence quasi totale de l'eau potable, la défaillance de l'éclairage public et le manque d'hygiène dans une zone des plus fréquentées durant la saison des grandes chaleurs. Le moins qu'on puisse dire est que tout le monde est à sec notamment du côté de Belvédère et Aïn-Achir. Abandonnées par les autorités locales, surtout durant l'absence du wali (congé), les populations menacent aujourd'hui de recourir à des actions plus radicales en investissant la rue entre autres si une solution urgente ne venait pas à être concrétisée. Malgré l'implication dans ce problème de la gendarmerie, en invitant l'entreprise de gestion de l'eau à designer l'un de ses cadres à faire partie d'une commission de wilaya pour sortir de cet impasse, la situation n'a pas changé d'un iota, participant pleinement ainsi à une saison estivale totalement défaillante. Il est vrai cependant que le problème de la gestion de l'eau potable est général à Annaba. C'est d'ailleurs le point noir depuis le départ de la société allemande. Les responsables actuels en charge de la gestion de l'AEP semblent totalement dépassés. "Chaque saison estivale, c'est la même histoire qui se répète avec le manque d'eau dans les robinets et la défection d'une pompe. C'est absurde ! Le ministère doit lancer une enquête pour situer les responsabilités de chacun. C'est trop, Annaba ne mérite pas cette situation en pleine saison estivale. C'est flagrant, ils poussent les gens à casquer sous la table", dira un habitant de la cité côtière de Belvédère. De son côté, le gérant d'un complexe touristique signale que de nombreux vacanciers ont quitté les lieux, en raison de l'absence du manque d'eau. "C'est grave en ce troisième millénaire, que des touristes étrangers assistent à des scènes d'une autre ère comme chaque jour les navettes non stop des camions citernes qui viennent alimenter des complexes touristiques d'envergure en eau. Pis encore, au niveau des plages, certains touristes et locataires transgressent toutes les règles édictées en matière d'hygiène et de sécurité. Certains endroits se sont transformés, par manque de civisme, en vrais dépotoirs. "On jette les ordures n'importe où et n'importe comment", a tenu à dénoncer un commerçant en activité à Toche.BADIS B.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)