Algérie

Saïda: Retour sur les événements de mai 1945

Le mois de mai évoque à Saïda de douloureux souvenirs dont la fondation du 8 Mai 45, section locale, s'est faite la mémoire. Déjà le 02, des conscrits ont sonné le glas de l'insurrection en transformant la visite médicale obligatoire, imposée aux jeunes de l'époque en vue de leur incorporation, en une manifestation qui allait mettre la ville à feu. Des poteaux téléphoniques furent coupés pour isoler la soldatesque coloniale et la mairie, symbole de l'occupant où trônait l'emblème français, mise à sac et incendiée. Les conscrits refusant l'atteinte à la dignité, «il leur fut intimé l'ordre de passer sous la douche, une mesure discriminatoire qui les mena à déserter la caserne et descendre dans la rue», fut-il témoigné. «Cette réaction de jeunes allait donner une impulsion nouvelle dans la lutte pour le recouvrement des libertés spoliées», dira M. Nedjadi Mohamed, et la France coloniale réprima sauvagement la manif. Saoule de la victoire, elle allait leurrer les Algériens en organisant les massacres de Saïda, Sétif, Guelma et Kherrata. Le 18 du même mois, les autorités françaises menèrent à Saïda une répression sauvage qui se solda par l'arrestation de 47 jeunes dont 22 furent condamnés à mort par le tribunal d'Oran. L'action menée à Saïda soulagea les populations de l'Est et marqua une page glorieuse dans l'histoire de la ville, «un des berceaux de la rébellion», avait noté M. Boucheta, avocat et représentant de la fondation qui lutte contre l'oubli.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)